•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les Calgariens disent non aux Jeux olympiques d'hiver 2026

Vue sur un groupe de personne qui brandisse une affiche sur laquelle il est écrit: vote non aujourd'hui.

Le camp du « non » a célébré sa victoire mardi soir après le dévoilement des résultats du référendum.

Photo : Dave Gilson

Radio-Canada

À l'issue d'un référendum qui s'est tenu mardi, les électeurs de Calgary ont dit non dans une proportion de 56,4 % à la tenue des Jeux olympiques et paralympiques d'hiver 2026 dans leur ville. Le taux de participation à cette consultation a été d'environ 40 %.

Un texte de Charlotte Dumoulin

Alors que les Jeux sont une source de division depuis des mois dans la population et le conseil municipal, une majorité simple de Calgariens devaient voter en leur faveur pour que l'aventure olympique de la ville se poursuive.

Le gouvernement de l’Alberta avait imposé cette condition à sa contribution financière.

À Vancouver, par exemple, 36 % des habitants avaient voté contre les Jeux de 2010 dans un référendum.

Le camp du non a toujours avancé que les Jeux olympiques n’étaient pas un bon moyen de stimuler l’économie à Calgary et en Alberta.

Ces opposants disaient aussi s'inquiéter de voir les gouvernements dépenser près de 3 milliards de dollars pour accueillir les JO plutôt que d'utiliser cet argent dans d’autres projets. Ils dénonçaient également les augmentations d’impôt qui découleraient des possibles dépassements de coût.

Le dossier olympique était par ailleurs loin d’être unanime au sein du conseil municipal. Le mois dernier, huit conseillers avaient voté contre le projet. Il aurait toutefois fallu un total de 10 votes pour abandonner complètement le dossier et le référendum tenu mardi.

À la lumière du résultat du référendum, les 14 conseillers et le maire de la ville devront à nouveau voter lundi prochain afin de clore définitivement le dossier des Jeux olympiques de 2026 dans la métropole.

Comme Calgary se retire de la course, les villes candidates restantes sont Stockholm ainsi que Milan et Cortina en Italie. Le Comité international olympique dévoilera le choix de la ville hôtesse des Jeux le 23 juin 2019.

Pour le camp du non, le pire est évité

Sous les cris et les applaudissements, le camp du non, rassemblé au restaurant 1918 Tab and Table, a célébré sa victoire.

« Les gens en ont assez de l'establishment qui leur dit quoi faire et quoi penser », a lancé le conseiller municipal Sean Chu en dénonçant le fait que les Calgariens ont entendu des célébrités, des gens de la communauté d'affaires et le maire de la Ville leur dire qu'ils devraient dépenser des milliards de dollars pour les JO. Selon lui, la majorité des conseillers municipaux s'entendent sur le fait qu'ils respecteront la volonté des Calgariens.

Du côté du gouvernement provincial, Jason Kenney, le chef de l'opposition, considère que le message des Calgariens mardi est clair : « Les gouvernements doivent se concentrer sur les priorités, maintenir les impôts à un bas niveau et mettre de l'ordre dans les finances publiques avant de se lancer dans un projet cher comme les Olympiques », écrit-il sur son compte twitter.

Selon Franco Terrazzano, directeur du bureau albertain de la Fédération canadienne des contribuables, il s'agit d'une grande victoire pour tous les contribuables canadiens.

Ricardo Miranda, le ministre de la Culture et du Tourisme de l'Alberta, assure quant à lui que la décision des Calgariens sera respectée.

« C'est décevant », dit le camp du oui

Pour les 43,4 % qui ont voté pour le JO de 2026, le résultat du référendum met fin à un rêve. Néanmoins, le camp du oui respecte le choix des Calgariens et le processus démocratique du vote.

« Nous allons devoir analyser ce qui s'est bien passé et ce qui s'est mal passé. Nous devons en tirer les leçons et les utiliser pour faire de notre communauté un endroit meilleur », a dit Scott Hutcheson, le président du conseil d'administration du comité de mise en candidature.

« Nous avons fait du mieux que l'on pouvait », a affirmé Mary Moran, la directrice générale de la société de candidature Calgary 2026.

« Nous avions une occasion fantastique », a déploré Yves Hamelin, directeur de l'Anneau olympique. « C'est une triste nouvelle pour notre ville, pour le Canada et pour l'Alberta. »

Entouré de trois conseillers municipaux, le maire de Calgary, Naheed Nenshi, a lui aussi déploré ce dénouement. « C’est vrai, j'espérais un oui », a-t-il dit. Il a toutefois confirmé qu'il écouterait la voix des Calgariens : « Les gens ont parlé en grand nombre et clairement. »

Sports