•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Colloque sur les ressources humaines et le recrutement à Baie-Comeau

Des participants écoutent une présentation.
Colloque RH à Baie-Comeau. Photo: Radio-Canada / Benoit Jobin
Radio-Canada

Une soixantaine de personnes participent cette semaine au Colloque RH à Baie-Comeau, un événement lors duquel des spécialistes des ressources humaines proposent de nouvelles idées pour contrer la pénurie de main-d'oeuvre.

Le colloque est placé sous le thème « attraction-recrutement-fidélisation ». La pénurie de main-d'oeuvre touche tous les types d'employeurs, du commerce de détail à la grande usine. Même avec les avantages qu'elles offrent, les entreprises comme Hydro-Québec n'y échappent pas.

Ça reste un défi, admet d’emblée Paméla Minville, conseillère relations avec le milieu pour Hydro-Québec. Pour le moment, je dirais qu'on y arrive encore, mais c'est de plus en plus difficile, donc on doit, comme toutes les autres entreprises, revoir nos manières de faire et voir comment attirer la main-d’œuvre active et la main-d’œuvre passive.

Paméla Minville accorde une entrevue à Radio-Canada.Paméla Minville, conseillère relations avec le milieu pour Hydro-Québec. Photo : Radio-Canada / Benoit Jobin

Des spécialistes des ressources humaines affirment que ce sont les entreprises les plus inventives qui réussiront à tirer leur épingle du jeu.

La firme Groupe-conseil TDA de Baie-Comeau a mis en place un système de récompense pour ses employés qui contribuent au recrutement de nouveaux talents.

L'idée, c'est de faire aller le réseau de contacts de nos employés, explique la directrice générale adjointe, Groupe-conseil TDA, Myriam Hotte. On a un programme de récompenses qui est monétaire, qui est financier. Si nos employés nous apportent un candidat ou une candidate qui est retenue, bien il y a ce programme-là qui fonctionne très bien parce que, ce dont on se rend compte, c'est que les meilleurs vendeurs de notre entreprise, c'est nos employés.

Myriam Hotte accorde une entrevue à Radio-Canada au colloque.La directrice générale adjointe de la firme de génie-conseil Groupe-conseil TDA , Myriam Hotte. Photo : Radio-Canada / Benoit Jobin

Les employeurs doivent aussi redoubler d'efforts pour assurer la rétention de leur personnel qui pourrait chercher de nouveaux défis.

Encore plus les petits que les gros parce que souvent les gros avec tous les avantages qu'ils vont offrir, ils vont mettre une offre d'emploi dans le journal ou peu importe, les employés des plus petits vont se dire : "Bien, c'est peut-être ma chance d'avoir un poste ou d'avoir un salaire, d'avoir des conditions de travail qui vont être plus intéressantes", illustre Josée Parisée, directrice générale de la Chambre de commerce de Manicouagan. Donc c'est plate parce qu'ils [les petits employeurs] se font voler, si on veut, les employés.

Josée Parisée, directrice générale de la Chambre de commerce de ManicouaganJosée Parisée, directrice générale de la Chambre de commerce de Manicouagan Photo : Chambre de commerce de Manicouagan

Dans un contexte de rareté de main-d'oeuvre, des entreprises qui ne sont pas forcément concurrentes peuvent se faire la lutte pour attirer des employés.

Avec les informations de Marlène Joseph-Blais

Côte-Nord

Relations de travail