•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une enquête sur le traitement d'un ancien proche collaborateur de Patrick Brown est réclamée

Un homme.
Alykhan Velshi Photo: Radio-Canada / Chris Young
La Presse canadienne

Les trois partis d'opposition à Queen's Park ont demandé une enquête sur les allégations d'ingérence de la part du chef de cabinet du premier ministre Doug Ford dans un cas de ressources humaines au sein d'Ontario Power Generation (OPG).

Le Globe and Mail a publié mardi un article alléguant que Dean French, le chef de cabinet de Doug Ford, a personnellement demandé à OPG de renvoyer Alykhan Velshi.

M. Velshi a notamment été l'ancien chef de cabinet de Patrick Brown lorsqu'il était chef du Parti progressiste-conservateur de l’Ontario.

Citant des sources anonymes, le quotidien a rapporté que M. Velshi avait récemment été embauché par la société d'État, mais qu’il avait été limogé le jour même de son entrée en fonction après que M. French eut demandé au président du conseil d'administration d'OPG de le destituer.

Doug Ford est devenu chef du Parti progressiste-conservateur en mars dernier, deux mois après la démission de Patrick Brown à la suite d’allégations d’inconduites sexuelles. M. Brown nie ses allégations. M. Ford a publiquement accusé M. Brown d’avoir laissé la formation politique dans un mauvais état.

Patrick Brown est devenu maire de Brampton le mois dernier.

Alykhan Velshi, qui a déjà travaillé au sein du cabinet de l’ancien premier ministre Stephen Harper, a référé toutes les questions sur le sujet vers OPG.

Le gouvernement ontarien a refusé de commenter les allégations contre le collaborateur de Doug Ford et M. French n’a pas retourné les demandes d’entrevue.

Le président et directeur général d’OPG, Jeffrey Lyash, indique que M. Velshi travaille toujours pour la société d’État. Il ajoute ne jamais avoir parlé à M. French.

J’ai lu l’article, mais je n’ai pas connaissance de cela, a-t-il dit. Les décisions concernant le personnel sont les miennes comme président de la compagnie que ce soit pour M. Velshi ou un autre employé. J'essaie de les prendre de manière équilibrée et confidentielle.

Une enquête réclamée

Le chef du Parti vert de l’Ontario, Mike Schreiner, croit que le commissaire à l’intégrité de l’Ontario, ou éventuellement un autre organisme, devrait examiner l’allégation.

Si cela est prouvé, je crois que M. French devrait démissionner parce que c’est un abus de pouvoir, dit-il.

La chef adjointe du NPD, Sara Singh, estime que ce type d’action venant du bureau de M. Ford est basé sur une rancune politique.

Le premier ministre prend sa revanche politique sur des individus et ces derniers reçoivent de grosses indemnités de départ au détriment des contribuables ontariens, a-t-elle dit.

Le chef par intérim du Parti libéral de l’Ontario, John Fraser, croit que si M. French a fait cette intervention, lui et le gouvernement ont beaucoup de questions à répondre.

Toronto

Politique provinciale