•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Lady Shippagan a été remorqué

Le Lady Shippagan

Le Lady Shippagan

Photo : Radio-Canada / René Landry

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2018 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le propriétaire du Lady Shippagan a fait sortir son vieux chalutier de sa fâcheuse position à l'aide d'un remorqueur. Il se trouve maintenant à Bas-Caraquet, après être parti à la dérive en fin de semaine.

Un texte de René Landry

Un remorqueur est arrivé à Caraquet mardi après-midi pour amener le Lady Shippagan au chantier naval de Bas-Caraquet.

Le Lady Shippagan, un bateau long d'un peu plus de 38 mètres construit en 1971, a longtemps servi à pêcher la morue, notamment.

Dimanche, il s'est libéré de ses amarres au quai de Caraquet, alors que les vents étaient très forts. Il était à quai, inactif, depuis plusieurs années et son propriétaire, Roger Lanteigne, a tenté de le vendre, sans succès. Il s'était échoué près de la côte, non loin du quai.

Roger Lanteigne, de Caraquet, propriétaire du Lady Shippagan.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Roger Lanteigne, de Caraquet, propriétaire du Lady Shippagan.

Photo : Radio-Canada / François Vigneault

En mai dernier, une première tentative de le remonter sur la terre ferme, à Bas-Caraquet, a été vaine. Le bateau était trop lourd. Le propriétaire a donc enlevé des parties du bateau, dont sa cabine, pour l'alléger.

Roger Lanteigne se trouvait en Chine par affaires quand il a appris que son bateau avait pris le large.

Ils m'ont texté pour me dire que les câbles avaient cédé, raconte-t-il. Ce n'était pas sécuritaire. Ce qui devait arriver est arrivé.

Il y a une mésentente entre le propriétaire et les responsables du port de Caraquet depuis un certain temps, notamment au sujet des droits d'utilisation du quai. Roger Lanteigne estime que le Lady Shippagan aurait dû pouvoir être amarré à l'intérieur du quai, plutôt qu'à l'extérieur et ainsi être mieux protégé des intempéries.

Le Lady Shippagan, dans sa fâcheuse position, attirait de nombreux curieux.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le Lady Shippagan, dans sa fâcheuse position, attire de nombreux curieux

Photo : Radio-Canada / René Landry

Quant aux inquiétudes que le Lady Shippagan pourrait soulever au plan environnemental, le propriétaire du bateau se fait rassurant. Il n'y aura aucun déversement, affirme-t-il. Il n'y a rien qui sort. Toutes les valves sont fermées.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !