•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Avenir de la piscine Jack-Eyamie : les élus gatinois nagent dans l'incertitude

Une piscine vide derrière une clôture.
La piscine Jack-Eyamie, située dans le secteur de Masson, a été fermée pour tout l'été. Photo: Radio-Canada / Antoine Trépanier

La reconstruction totale d'une piscine au coût de 1,3 million de dollars dans le secteur de Masson-Angers n'a pas fait l'unanimité à la table du conseil, mardi, lors de la deuxième journée d'étude du budget de la Ville de Gatineau. C'est que la réalisation du projet pourrait reporter la construction d'une quinzaine d'autres infrastructures.

Un texte d’Angie Bonenfant

Les élus ont appris qu'il ne sera pas possible de réparer la piscine extérieure Jack-Eyamie, située rue du Bassin dans l’est de la ville. Fermée tout l'été en raison d'importantes fissures, la seule piscine publique de Masson-Angers ne sera toujours pas rouverte aux baigneurs l’été prochain.

Les murs latéraux dans la section profonde ont cédé. Il y a des fissures importantes dans la structure. Et le béton de la piscine et des trottoirs est en mauvais état. La piscine a besoin d’être complètement détruite et reconstruite.

Dissension à la table

Pour éviter que la piscine Jack-Eyamie soit fermée sur une période encore plus longue, les fonctionnaires municipaux ont suggéré aux élus d’inscrire les travaux de construction au Plan d'investissements communautaires (PIC). Le hic, c’est que cette façon de faire empêcherait la réalisation de 16 autres projets.

J’ai un peu de misère à prendre ce montant-là dans cette enveloppe-là.

Pierre Lanthier, conseiller du district de Bellevue

Faisant écho à plusieurs collègues autour de la table, le conseiller du district de Bellevue, Pierre Lanthier, a trouvé les répercussions de la construction un peu trop importantes à son goût.

De tasser 16 projets, je trouve ça beaucoup. De prendre l’argent, 1,3 million, dans le PIC, ça m’agace un peu. Est-ce qu’il n’y aurait pas lieu de prendre l’argent dans une enveloppe autre que dans le PIC? a-t-il lancé.

Sa collègue du district du Plateau, Maude Marquis-Bissonnette, a remis en question la pertinence de reconstruire une piscine vieille de 38 ans aux dépens de 16 autres projets. C’est quoi l’effet de ne pas financer cette piscine-là? a-t-elle demandé aux fonctionnaires.

C’est une priorité!

Marc Carrière, conseiller de Masson-Angers

Le conseiller du district de Masson-Angers, Marc Carrière, a défendu bec et ongle la construction d’une nouvelle piscine dans son secteur.

Pour moi, c’est un cas urgent. C’est une rupture de service comme n’importe quel autre service. On doit agir [...] Quand même que l’on dirait que l’on tasse quelques projets pour ça [il faut le faire], a-t-il martelé.

Un tremplin à piscine bleu.La piscine Jack-Eyamie, dans le secteur de Masson-Angers, a été fermée tout l'été. Photo : Radio-Canada

Pas de consensus

La proposition ne faisant pas consensus, les élus ont demandé aux fonctionnaires de retourner à la planche à dessin et de trouver une autre source de financement pour la construction d’une nouvelle piscine à Masson-Angers.

Entre-temps, le porte-parole du comité exécutif, Cédric Tessier, n'a pas été en mesure d'expliquer l'effondrement des parois.

Cette piscine n’était pas considérée comme une piscine qui devait avoir des réparations immédiates, s’est-il défendu. L’audit [menée par Planifika, en 2013] disait que la durée de vie de la piscine Jack-Eyamie était un peu plus longue, qu’on avait moins de problèmes là.

Malheureusement, ce n’est pas ce qui s’est passé, a constaté M. Tessier.

Le conseiller Carrière a laissé entendre qu'un mauvais entretien hivernal pourrait être à l'origine de la décrépitude.

Ce sont des suppositions. Le reste, on ne le saurait peut-être pas, a-t-il dit. Dans tous les cas, c'est pas aux citoyens que je représente à payer les frais de ça.

Ottawa-Gatineau

Politique municipale