•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Signature officielle d’une entente historique avec les Cris du lac Lubicon

La première ministre de l'Alberta, le chef de bande autochtone et la ministre fédérale des Relations Couronne-Autochtones posent avec en main l'accord signé.
Depuis 1933, des entreprises d'extraction de ressources naturelles ont exploité le territoire de ces Cris et en ont tiré plus de 14 milliards de dollars en revenus. Photo: Gouvernement de l'Alberta

« Le temps est venu de tourner la page », a déclaré mardi le chef de la bande de Lake Lubicon, Billy Joe Laboucan. La première ministre albertaine, Rachel Notley, et plusieurs ministres de son gouvernement ont signé mardi une entente historique conclue en octobre dernier.

Des représentants des gouvernements provincial et fédéral se sont rendus sur place, à 450 km au nord d’Edmonton. Les ministres se sont succédé dans des discours multipliant les remerciements, les félicitations et les vœux de prospérité pour la communauté.

Une des premières à prendre la parole, la ministre fédérale des Relations Couronne-Autochtones, Carolyn Bennett, a reconnu la lutte que mènent les Cris de Lake Lubicon depuis plusieurs décennies. « Leur combat est devenu un talisman, a-t-elle illustré, pour la défense des droits des Autochtones au Canada et dans le monde entier. » Admettant que cette communauté avait souffert d’une « erreur » du gouvernement du Canada, elle s’est réjouie du début d’un « nouveau chapitre dans une relation désormais fondée sur le respect et la confiance ».

La députée de Toronto a également rappelé les engagements phares du gouvernement dans cette entente : fournir un accès à de l’eau potable, construire de nouveaux logements et une nouvelle école en plus d’offrir une compensation financière de 113 millions de dollars à la Première Nation.

La première ministre a elle aussi remercié « chacun des membres de la communauté » rappelant son engagement « dès ses premiers jours en poste » à trouver une entente juste avec les Cris de Lake Lubicon.

L’accord reconnaît les revendications territoriales de la communauté autochtone qui n’avait jamais ratifié d’entente juridique encadrant leurs droits à la terre. Les oubliés du traité 8 recherchaient une telle reconnaissance depuis 1899.

Alberta

Autochtones