•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un enseignant avec des antécédents de violence arrêté après une altercation avec un élève

Radio-Canada

Un enseignant ayant des antécédents de violence conjugale est accusé de méfait et de voies de fait contre un élève d'une école secondaire de la région d'Halifax, en Nouvelle-Écosse. L'altercation entre l'enseignant et le jeune a été filmée par un autre élève.

Derek Stephenson, un professeur d’anglais à l’École secondaire du district de Cole Harbour, a été arrêté le 9 novembre.

Selon la Gendarmerie royale du Canada (GRC), une altercation s’est produite en classe le 3 octobre, lorsque l’enseignant a enlevé des écouteurs que l’étudiant avait dans ses oreilles. L’adolescent a alors tiré sur la courroie à laquelle les clés du professeur étaient rattachées. L’enseignant a poussé le jeune contre un mur et l’a amené au plancher.

La fin de l'incident, filmé par un autre élève, a circulé sur Snapchat. Dans cette vidéo, on voit un adolescent au sol, un homme au-dessus de lui. L’homme, un genou au sol, applique brièvement une prise d’étranglement sur le jeune homme en passant son bras gauche autour de son cou pour le redresser brusquement en position assise.

L’adolescent a signalé l’incident à la direction de son école. Examiné par les services médicaux d’urgence, il n’avait pas de blessure. Interrogeant un grand nombre de témoins, la GRC a ouvert une enquête détaillée, qui est toujours en cours.

Joint par téléphone par Radio-Canada/CBC, l’enseignant Derek Stephenson a déclaré : On m’a demandé de ne pas parler aux médias. Merci beaucoup.

Il comparaîtra en cour provinciale à Dartmouth, en Nouvelle-Écosse, le 12 décembre.

Antécédents de violence conjugale

Derek Stephenson a plusieurs antécédents criminels en matière de violence conjugale et de menaces. La direction de l’École secondaire de Cole Harbour était au courant et a même plaidé en faveur de Stephenson dans le cadre des procédures judiciaires le concernant.

L'école secondaire du district de Cole Harbour.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

L'école secondaire du district de Cole Harbour, dans la Municipalité régionale d'Halifax.

Photo : Radio-Canada / CBC/Craig Paisley

En 2013, Derek Stephenson avait été arrêté à l’extérieur de l’École secondaire du district de Cole Harbour et accusé de voies de fait sur son épouse (maintenant son ex-épouse), qu’il était accusé d’avoir saisie par les cheveux et poussée. Après avoir plaidé coupable en novembre 2013, Stephenson a reçu une absolution conditionnelle assortie d’une période de 18 mois de probation et de l’obligation de suivre un programme de prévention de la violence conjugale.

Des accusations de voies de fait contre sa fille ont été abandonnées dans ce dossier.

En octobre 2017, Derek Stephenson a de nouveau reçu une absolution conditionnelle, cette fois à la suite d’accusation de méfait et de menaces envers une autre ancienne conjointe. Une accusation de voies de fait à l’endroit de cette femme a été abandonnée. On lui a imposé une période de probation, on l'a envoyé suivre un cours de gestion de la colère, et il lui a été interdit de communiquer avec la plaignante.

Derek Stephenson en 2012.

L'enseignant Derek Stephenson avait été photographié par CBC en 2012 pour un reportage sur une performance musicale à l'école de Cole Harbour.

Photo : Archives CBC

En 2010, une femme avait également obtenu une ordonnance de protection d’urgence contre Stephenson.

Malgré ces antécédents de violence, Derek Stephenson a toujours pu éviter un dossier criminel, en grande partie parce que des membres de l’administration scolaire ont plaidé en sa faveur, ce que démontrent des documents de la cour et des enregistrements audio des procédures judiciaires.

Vérification des antécédents judiciaires des professeurs

Nancy Jakeman, qui faisait partie du conseil scolaire régional d’Halifax dissout en avril dernier, affirme que les membres élus du conseil n’ont jamais été informés de ces affaires criminelles impliquant Stephenson.

Créé le 1er avril après la dissolution des conseils scolaires anglophones en Nouvelle-Écosse, le Centre régional d’éducation d’Halifax est la structure administrative qui les remplace. Un porte-parole du Centre régional d’éducation, Doug Hadley, refuse de commenter l’incident, soulignant qu’il s’agit d’une affaire confidentielle [et] personnelle. Il ne confirme pas si les gestionnaires étaient au courant des antécédents criminels de l’enseignant Derek Stephenson.

Les bénévoles des écoles doivent faire vérifier leurs antécédents par la police chaque année, selon les politiques du Centre d’éducation. On vérifie également que leur nom n’apparaît pas dans les archives du registre provincial des cas d’enfants maltraités.

Selon l’agent John MacLeod, porte-parole de la Police régionale d’Halifax, les antécédents criminels de Derek Stephenson auraient été repérés et signalés par une telle vérification d’antécédents jusqu’à trois ans après que l'enseignant eut été reconnu coupable.

Cependant, ce n’est qu’au moment de l’embauche que les enseignants doivent faire l’objet d’une vérification d’antécédents, selon les politiques du Centre régional d’éducation d’Halifax. Ils n’y sont plus soumis par la suite, à moins qu’ils ne cessent d’enseigner pendant plus de trois mois durant une année scolaire.

Après avoir été embauché, si un enseignant fait l’objet d’une enquête criminelle, il est de son devoir d’en informer le Centre d’éducation, précise le porte-parole Doug Hadley.

Le Centre n’a pas de politique spécifiant quels crimes peuvent entraîner un congédiement. Chaque situation est unique, et il y a plusieurs facteurs qui sont considérés, indique M. Hadley. Il explique que les situations sont examinées au cas par cas pour déterminer si la nature des infractions criminelles entre en conflit avec l’emploi.

Le directeur Dunovan Kalberlah indique que l’enseignant Derek Stephenson est en congé administratif durant l’enquête. La sécurité de nos étudiants est toujours une priorité, écrit M. Kalberlah.

Radio-Canada/CBC a décidé de ne pas identifier l’étudiant en raison de son âge.

Avec les informations de Mairin Prentiss

Nouvelle-Écosse

Enseignement secondaire