•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

10 écrivains pour découvrir la littérature allemande

Les trois photos des trois femmes sont côte à côte.
Carolin Emcke, Shida Bazyar et Olivia Vieweg Photo: Sebastian Bolesch/Joachim Gern/Olivia Vieweg
Radio-Canada

La littérature allemande sera en vedette au prochain Salon du livre de Montréal, qui ouvre ses portes demain mercredi.

Propos recueillis par Cécile Gladel

Les écrivains allemands sont moins connus que leurs compatriotes penseurs comme Freud, Kant, Engels, Marx, Nietzsche. « Pourtant, de nombreux auteurs sont traduits. Peut-être que c’est à cause de la distance. Certains auteurs ont quand même du succès », explique Marie-Pierre Poulin, directrice du Département d’information et de la bibliothèque du Goethe-Institut de Montréal.

Elle ajoute que la littérature allemande est très variée et riche. « Il y a aussi plusieurs auteurs qui viennent de la Syrie, de la Turquie, de l’Iran, la première génération née ou élevée en Allemagne et qui écrit en allemand », précise-t-elle.

Le Goethe-Institut partagera un stand au Salon du livre de Montréal avec la Foire du livre de Francfort. Les lecteurs pourront consulter de nombreux livres sur place.

Des classiques incontournables de la littérature allemande
Marie-Pierre Poulin souligne que certains noms sont plutôt connus dans l'histoire de la littérature allemande : Johann Wolfgang von Goethe, Franz Kafka, Thomas Mann, Herta Müller, Christa Wolf, Hermann Hesse, Bertolt Brecht, Günter Grass, Else Lasker-Schüler, Annette von Droste-Hülshoff et Walter Benjamin. Elle ajoute deux autres écrivains plus contemporains : Bernhard Schlink, qui a écrit Le liseur, un roman adapté au cinéma, et finalement Ferdinand von Schirach, auteur de romans policiers et de nouvelles.


10 écrivains allemands à découvrir

Marie-Pierre Poulin a dressé pour Radio-Canada une liste d’autrices et d’auteurs contemporains qui offrent différents types de littérature : roman, jeunesse, poésie, essai... Elle explique ses choix.


Olivia Vieweg, jeunesse et adulte
Bédéiste de Jena, elle emploie l’aquarelle. « Elle offre une magnifique utilisation des couleurs afin d’infuser des émotions à ses œuvres. On voit qu’elle est fortement inspirée par les mangas, ce qui se reflète dans son style, surtout dans les yeux très expressifs de ses personnages. »
Deux de ses œuvres ont été traduites en français : Huck Finn et Le retour d’Antoinette, qui traite du harcèlement scolaire.
Son plus récent volume, Endzeit (pas encore traduit), se déroule 2 ans après une apocalypse de zombies et vient d’être adapté au cinéma (Ever After). La première du film a eu lieu au Festival international du film de Toronto en septembre dernier.

Olivia Vieweg sera présente au Salon du livre de Montréal le 16 novembre entre 16 h et 17 h (Nouvelle fenêtre).

D’autres noms à découvrir en BD : Jens Harder, Aisha Franz, Sascha Hommer et Isabel Kreitz


Volker Kutscher, roman policier
Ses romans sont très populaires en Allemagne. Sa série de huit tomes mettant en vedette le commissaire Gereon Rath a été adaptée avec succès au petit écran sous le nom Babylon Berlin.
L’histoire se déroule dans le Berlin des années 20. « Il existe plusieurs romans policiers se déroulant durant la période nazie. Il est le premier auteur à écrire un roman policier se déroulant lors des années folles. » Les trois premiers tomes de cette série sont offerts en français.

D’autres auteurs de romans policiers : Jan Costin Wagner avec son inspecteur Kimmo Joentaa (l’action se déroule en Finlande), et Jakob Arjouni avec son détective privé Kemal Kayankaya, qui affronte les problèmes de racisme et de xénophobie à Francfort


Esther Kinsky, roman et poésie
Son œuvre la plus connue est La rivière. Son plus récent roman, Hain, a remporté le prix Belletristik (Belles Lettres) de la Foire du livre de Leipzig en mars 2018.


Shida Bazyar, roman
Cette autrice née de parents iraniens travaille également comme consultante en éducation auprès des jeunes du Brandenbourg. Les nuits sont calmes à Téhéran est son premier roman. Elle a été récompensée de plusieurs prix littéraires en Allemagne. « Les nuits sont calmes à Téhéran n'est pas un récit autobiographique, mais s’inspire tout de même du parcours de vie de ses parents, militants politiques communistes ayant fui l’Iran et la révolution islamique, et de leur vie de famille en Allemagne. »

D’autres écrivains allemands issus de l’immigration : Navid Kermani, Abbas Khider, Nino Haratischwili, Yoko Tawada, Feridun Zaimoglu et Alina Bronsky


Jan Wagner, poésie et essai
Il a reçu le prix Georg-Büchner en 2017 et le prix Belletristik (Belles Lettres) de la Foire du livre de Leipzig en 2015. « Mal compris et souvent ridiculisé par ses confrères, il demeure pourtant l’un des chouchous de la scène littéraire allemande. Les critiques littéraires louent sa conscience de la tradition et de la forme. »


Dietmar Dath, horreur et science-fiction
La plupart de ses œuvres sont du genre fantastique. Il travaille pour le Frankfurter Allgemeine Zeitung, le plus grand quotidien d’Allemagne, comme critique de films et chef de bureau de la section des Arts. « Il s’intéresse également au socialisme et au marxisme, ce qui se reflète dans certaines de ses œuvres, notamment dans ses essais. Il est surtout traduit en russe, en grec et en polonais, et un peu en anglais (The Abolition of Species, 2013). »

Un autre auteur de science-fiction : Andreas Eschbach


Patrick Wirbeleit, BD et jeunesse
Il a remporté en 2017 à la Foire de la BD d'Erlangen, avec Uwe Heidschötter, le prix Max-und-Moritz dans la catégorie de la meilleure BD pour enfants pour Kiste, prix qu’il a refusé. Le premier volet de la série Kiste sera traduit en français et en anglais (2019). « Kiste, c’est l’histoire charmante d’un garçon qui trouve une boîte magique qui parle et marche, une boîte à outils, en fait. Ensemble, ils inventent plein de choses et vivent toutes sortes d’aventures. »


Inger-Maria Mahlke, roman
En 2009, elle a remporté l'Open Mike, un prix de littérature allemande international pour les nouveaux auteurs. « Lors de la rédaction de la deuxième partie de son premier roman, Silberfischchen, elle a écrit 16 h par jour de janvier à mars 2010. Nommée sur la courte liste du Prix du livre allemand en 2015 pour Wie ihr wollt, elle a remporté ce prix en 2018 pour son roman Archipel. C’était la première fois en cinq ans qu'une femme remportait ce prix. Ce roman raconte en chronologie décroissante l'histoire de plusieurs familles habitant l'île de Tenerife, de 2015 à 1919. Tous ses romans traitent d'un certain désir de faire ressortir les aspérités et fragilités de biographies qui semblent au départ lisses, ce qui peut être dû au fait qu'elle a travaillé pendant un certain temps à la chaire de criminologie de la Freie Universität de Berlin, après des études en droit. »
Aucun de ses livres n’est encore traduit.


Carolin Emcke, essai et récit
Elle écrit des essais notamment sur son expérience de journaliste en zone de guerre. Elle est diplômée de l'École d'économie de Londres et de l'Université Harvard. Elle est journaliste pour l'hebdomadaire Der Spiegel et écrit principalement sur la politique en zones de guerre telles qu'en Afghanistan et à Gaza. « À partir de ces lieux, elle tente d'illustrer les conséquences de la violence et de la haine. Elle donne régulièrement des séminaires sur des sujets tels que la mondialisation, la théorie de la violence, les droits de la personne, l'identité culturelle et l'homosexualité. »
En 2013, elle a publié un récit autobiographique, Notre désir, où elle raconte la découverte de son homosexualité. Elle a remporté plusieurs prix, dont le Prix de la paix des libraires allemands pour son livre Contre la haine en 2016.


Wolfgang Herrndorf, roman et biographie
Ayant reçu le diagnostic d'une tumeur au cerveau incurable en février 2010, il s'est mis à la rédaction d'un blogue à propos de sa maladie, Travail et structure. Ce blogue a été publié à titre posthume par la maison d'édition Rowohlt en décembre 2013, comme souhaité par l'auteur. Il s’est donné la mort le 26 août 2013. « Il est très connu et apprécié en Allemagne, son plus grand succès est Goodbye Berlin. C’est l'histoire de deux adolescents de 14 ans qui entreprennent un voyage à travers l'Allemagne de l'Est pendant leurs vacances d'été. Le roman est resté sur les listes des meilleurs vendeurs pendant plus d'un an et a fait l'objet d'une adaptation au cinéma par Fatih Akin en 2016. »

Livres

Arts