•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Californie aux prises avec l'incendie le plus meurtrier de son histoire

Le récit de Frédéric Arnould
Radio-Canada

Les équipes de secours étaient mardi à la recherche de plus de 200 personnes portées disparues dans le nord de la Californie, alors que les incendies qui ravagent l'État américain ont fait au moins 44 morts, selon le dernier bilan.

Dans le nord de l'État, l'incendie baptisé « Camp Fire » est désormais le plus meurtrier de l'histoire de la Californie, a déclaré lundi soir lors d'une conférence de presse Kory Honea, le shérif du comté de Butte, qui a précisé qu'il avait fait 42 victimes et que les autorités étaient sans nouvelles de 228 personnes.

Les équipes de secours tentent d'élargir leurs recherches, aidées notamment de chiens chercheurs de cadavres.

Selon le bureau du shérif, les corps retrouvés sont tellement brûlés que seulement une des personnes découvertes a été identifiée de façon certaine, une septuagénaire de Paradise.

Dix équipes de coroners ont été dépêchées pour identifier les cadavres et un camion sera utilisé pour prélever l'ADN de personnes ayant des parents disparus.

L'incendie Camp Fire, situé à une soixantaine de kilomètres au nord de Sacramento, a déjà détruit plus de 7100 habitations et entreprises dans le nord de la Californie et a ravagé presque complètement la ville de 26 000 habitants de Paradise, ce qui constitue un bilan sans précédent dans l'histoire de l'État.

Plus de 15 000 autres structures étaient encore considérées comme en danger lundi soir, mais les vents ont commencé à diminuer mardi, ce qui pourrait aider les pompiers dans leur bataille.

Les flammes de Camp Fire ont brûlé près de 51 000 hectares de terrain et l'incendie est maîtrisé à 30 %, précisent les autorités américaines.

Les dégâts touchants des biens assurés causés par cet incendie sont estimés à un montant se situant entre 2,6 et 5,3 milliards de dollars, a indiqué la banque Morgan Stanley dans un document lundi.

L'incendie a forcé l'évacuation de 52 000 personnes, la plupart à Paradise.

Un pompier regarde les flammes du haut d'une montagne.Les pompiers combattent l'incendie Woolsey qui continue de brûler à Malibu. Photo : Reuters / ERIC THAYER

Dans le sud de la Californie, le Woolsey Fire, qui a de son côté fait deux victimes, est maîtrisé à 35 % et a emporté près de 39 000 hectares de terrain et plus de 400 structures.

Près de 57 000 autres structures sont toujours en danger, et la région est toujours exposée à un risque « critique » mardi, avec des vents pouvant atteindre presque 100 km/h et des rafales de plus de 110 km/h qui pourraient pousser les flammes un peu plus au sud, dans le comté de San Diego.

Malgré tout, dans la nuit de dimanche à lundi, certaines zones des comtés de Ventura et de Los Angeles, touchés par des ordres d'évacuation, avaient été rouvertes.

Par ailleurs, au sud de l'État également, le Hill Fire couvre 1800 hectares. Cet incendie n'a pour le moment fait aucune victime et est maîtrisé à 90 %.

À la grandeur de l'État, plus de 300 000 personnes ont été forcées de quitter leur foyer. La majorité de celles-ci se trouvent dans le comté de Los Angeles, où 170 000 personnes ont été évacuées.

Le président américain Donald Trump a répondu favorablement lundi soir à la demande du gouverneur Jerry Brown de déclarer l'état de catastrophe naturelle, ce qui permet le déblocage d'une aide fédérale.

Avec les informations de Reuters, San Francisco Chronicle, et CNN

Feux de forêt

International