•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Trois-Rivières ferme la porte à un projet immobilier au boisé des Estacades

Une vue aérienne d'un développement immobilier envisagé au bout de l'actuel boulevard des Estacades, à Trois-Rivières.
Un aperçu d'un développement immobilier envisagé au bout de l'actuel boulevard des Estacades, à Trois-Rivières. Photo: Sotheby’s International Realty
Radio-Canada

Le conseil municipal de Trois-Rivières n'a pas l'intention de bouger pour permettre à un éventuel promoteur de concrétiser un important projet immobilier dans le boisé des Estacades. Du moins, pas pour le moment.

Un texte de Jérôme Roy

Les conseillers municipaux n’ont tout simplement pas l’intention de changer le zonage du boisé.

C'est un terrain qui est zoné résidentiel, explique Luc Tremblay, conseiller du district de Châteaudun. Tout ce que l'actuel propriétaire peut faire dessus, c'est de bâtir une maison. Il n'aurait pas le droit, de toute façon, de faire un développement résidentiel. Il n'est pas zoné pour ça.

M. Tremblay précise cependant que la porte n’est pas fermée à double tour sur le long terme, advenant qu’un projet « vraiment intéressant » soit proposé à la Ville. Ce qui ne semble pas être le cas du projet qui a fait la manchette à la fin du mois de septembre.

On n'a pas l'intention de changer d'idée parce que le projet, [...] pour nous, c'était inacceptable.

Luc Tremblay, conseiller du district de Châteaudun

Selon lui, la séance du conseil municipal du 2 octobre dernier, au cours de laquelle une importante vague d’opposition au projet s’est manifestée, aura permis d’éclaircir la situation sans avoir à changer quoi que ce soit.

Gens la main levée devant des conseillers municipaux, à l'hôtel de villeLe maire de Trois-Rivières, Yves Lévesque, a demandé aux citoyens de lever leur main s'ils étaient à la séance du conseil municipal pour parler du boisé des Estacades. Ils sont une centaine à s'être déplacés. Photo : Radio-Canada / Marilyn Marceau

« Un mauvais signal »

Le courtier immobilier impliqué dans le projet de vente du terrain évalué à 2,5 millions de dollars, Diego Brunelle, digère mal la décision du conseil municipal.

Je trouve ça plate que certains conseillers municipaux se fassent du capital politique pour avoir de la visibilité ou pour faire plaisir au monde. Mais, en tant que tel, le signal qu'on envoie, c'est plus aux entrepreneurs, aux investisseurs, de ne pas investir à Trois-Rivières. Aux entrepreneurs qui ont déjà des terrains, faites attention si vous voulez construire, prévient M. Brunelle.

Il prétend que l’imposant projet, dont la phase initiale est estimée à 150 millions de dollars, respecte les critères environnementaux déjà en vigueur. Selon lui, un entrepreneur est « très intéressé » à acheter le terrain.

Dans l’éventualité où un projet immobilier verrait le jour dans le boisé des Estacades, 40 % du terrain privé, grand comme 30 terrains de soccer, devrait être préservé et un autre 10 % devrait être cédé à la Ville pour la somme symbolique de un dollar.

Mauricie et Centre du Québec

Politique municipale