•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • Exclusif
  • 22 M$ en 10 ans pour entretenir le pont de l'île d'Orléans

    Pont de l'île d'Orléans
    L'entretien dupont de l'île d'Orléansa coûté près de 22 M$ de dollars au ministère des Transports au cours des dix dernières années Photo: Radio-Canada / Carl Boivin

    L'entretien du pont de l'île d'Orléans a coûté près de 22 millions de dollars au ministère des Transports au cours des dix dernières années, selon ce que révèlent des documents obtenus par Radio-Canada.

    Un texte de Nicolas Vigneault

    Les années 2009 et 2010 ont été particulièrement coûteuses en matière de travaux de réparation de la structure.

    En 2009, le ministère a dépensé plus de 4 M$ pour maintenir à niveau le pont, dont 3 M$ pour des « travaux de réparation et renforcement » du lien routier entre Québec et l'île d'Orléans.

    L'année suivante, en 2010, la facture est encore plus imposante et dépasse les 5 M$.

    Encore une fois, la somme la plus importante dépensée par le gouvernement consiste à réparer et renforcer le pont pour un montant de 3,5 M$.

    L'année 2011 en aura été une de répit avec des dépenses dépassant à peine les 500 000 $, mais le rythme a repris rapidement en 2012 avec des travaux d'entretien et de surveillance de toutes sortes pour une somme de 2,8 M$.

    Gestion critiquée

    Au cours des années 2013 à 2018, le vieux pont qui date de 1935 aura coûté en moyenne plus de 1,5M$ en frais d'entretien au gouvernement du Québec, tous des contrats octroyés à des firmes privées.

    C'est carrément confier à l'industrie du privé le mandat de garder ce pont-là en vie alors que ça devrait être le rôle du ministère des Transports, se désole Marc-André Martin, président de l'Association professionnelle des ingénieurs du gouvernement du Québec (APIGQ).

    On s'entend que lorsqu'on donne des contrats sur une dizaine d'années, on appelle ça des besoins récurrents. Normalement, une organisation qui se respecte se "staff" pour être en mesure de répondre à ces besoins récurrents là, surtout dans des cas d'infrastructures majeures comme le pont de l'île d'Orléans, fulmine le président de l'APIGQ.

    Des dépenses planifiées, dit le MTQ

    Le ministère des Transports soutient que les travaux d'entretien réalisés depuis 10 ans font partie du plan de remplacement du pont par une nouvelle structure.

    Bien évidemment, on fait des analyses coûts-bénéfices lorsqu'on fait des travaux. On essaie de trouver la meilleure solution possible, indique Guillaume Paradis, porte-parole du ministère.

    Dans le cas ici, on a décidé de faire des travaux de maintien, on ne fait pas des travaux qui visent à remettre le pont en parfait état, on fait des travaux qui visent à garder le pont sécuritaire jusqu'à la mise en service du nouveau pont.

    Le MTQ n'était pas en mesure de comparer les coûts d'entretien du pont de l'île par rapport à d'autres infrastructures soutenant qu'il n'y a pas de comparable ailleurs au Québec, mais les sommes investies ne nous apparaissent pas disproportionnées pour une structure de cette envergure, soutient M. Paradis.

    Les ingénieurs veulent se faire entendre

    L'APIGQ compte entreprendre rapidement des démarches auprès du nouveau ministre des Transports, François Bonnardel, pour lui rappeler l'importance d'augmenter l'expertise à l'interne au ministère comme le recommandait la Vérificatrice générale du Québec dans l'un de ces rapports.

    Présentement, un comité paritaire formé par des représentants de l'Association professionnelle des ingénieurs du gouvernement et du Conseil du Trésor étudie les différentes façon d'augmenter l'expertise au sein du gouvernement.

    On peut essayer d'être créatif, mais dans une situation de plein emploi comme on connaît présentement, il faut regarder la rémunération. Si on n'est pas compétitif. les gens vont aller ailleurs, conclut M. Martin.

    Transports

    Société