•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une motion pour que l’histoire des génocides soit enseignée dans les écoles

Plusieurs personnes réunies dans le mémorial rempli de fleurs
Cérémonie en 2017 au mémorial du génocide arménien à Erevan. Photo: AFP/Getty Images / KAREN MINASYAN
Radio-Canada

Afin de lutter contre les crimes haineux, le chef de l'opposition officielle à l'Hôtel de Ville de Montréal, Lionel Perez, souhaite que le gouvernement du Québec examine la pertinence d'inclure l'histoire des génocides dans le programme scolaire.

Lors du conseil municipal du 19 novembre, il proposera une motion en ce sens, qui sera appuyée par Mary Deros, conseillère de ville du district de Parc-Extension.

M. Perez a présenté la motion lundi en présence de représentants du Comité national arménien du Québec et de la Fondation pour l’étude des génocides, dont la mission est de promouvoir l’enseignement de l’histoire des génocides dans les écoles secondaires.

Au cours du dernier siècle, l’humanité a connu plusieurs génocides, ce crime contre l’humanité qui vise la destruction d’un groupe religieux, national, racial ou ethnique. Parmi les génocides perpétrés au 20e siècle, on compte ceux des Juifs et des Roms pendant la Seconde Guerre mondiale, celui des Arméniens en 1915-1916 ou ceux qui se sont déroulés au Cambodge dans les années 70 et au Rwanda en 1994.

« Les Nations unies, à travers l’UNESCO [Organisation des Nations unies pour l’éducation la science et la culture], recommandent et encouragent l’étude des génocides afin de permettre le développement de l’esprit critique par rapport aux causes extrémistes et pour la prévention de la radicalisation », a déclaré Lionel Perez en conférence de presse.

Recrudescence de crimes haineux

La motion souligne que le nombre de signalements d’incidents haineux et de cas d’antisémitisme augmente à Montréal et au Canada.

Ainsi, au Canada, le nombre de crimes motivés par la haine d’une religion ou d’un groupe religieux a augmenté de 41 % de 2013 à 2016, selon les données de Statistique Canada. La majorité de ces crimes touchent la religion juive, alors que ceux qui touchent les musulmans ont connu la plus forte augmentation pendant cette période.

Il y a deux semaines, les États-Unis ont connu la pire attaque antisémite de leur histoire récente lorsqu’un homme a ouvert le feu dans une synagogue, causant la mort de 11 personnes.

Les proposeurs de la motion estiment que « l’intolérance, la discrimination, le racisme et la haine sont susceptibles de conduire à la violence et au génocide ».

D’où l’importance pour eux que les élèves québécois connaissent mieux l’histoire des génocides, qui « n’est pas systématiquement enseignée dans les écoles secondaires au Québec ».

Ils souhaitent également que les commissions scolaires montréalaises fassent la promotion du Guide d’enseignement de l’histoire des génocides que doit publier la Fondation pour l’étude des génocides à l’automne 2019.

Le guide, élaboré en collaboration avec le ministère de l’Éducation, sera destiné aux professeurs d’histoire, d’éthique, de religion et de langue au secondaire. Il traitera de « tous les génocides reconnus par les Nations unies et par le gouvernement du Canada, y compris celui des Premières Nations », a mentionné la directrice de la Fondation, Heidi Berger.

Éducation

Société