•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Donald Trump évoque une « infection massive » de bulletins de vote en Floride

Donald Trump demande aux autorités de Floride de s'en tenir aux résultats initiaux, plutôt que de recompter tous les bulletins.
Donald Trump demande aux autorités de Floride de s'en tenir aux résultats initiaux, plutôt que de recompter tous les bulletins. Photo: Reuters / Christian Hartmann
Reuters

Le président américain, Donald Trump, a souhaité lundi que les responsables électoraux de Floride arrêtent le nouveau décompte des suffrages et déclarent vainqueurs les deux candidats républicains aux postes de sénateur et de gouverneur dans cet État du sud-est du pays.

La Floride, comme le prévoit la législation locale, procède à un nouveau comptage mécanique des suffrages, car les résultats sont très serrés. Les conclusions de ce nouveau dépouillement de plus de huit millions de suffrages seront connues jeudi à 15 h, heure de l'Est.

L'élection sénatoriale oppose le républicain Rick Scott, gouverneur sortant, et le démocrate sortant Bill Nelson. Dans l'élection au poste de gouverneur, le républicain Ron DeSantis est opposé au démocrate Andrew Gillum.

Dans les deux cas, les candidats républicains étaient donnés en tête mardi soir, mais leur avance s'est réduite depuis, au fur et à mesure du nouveau dépouillement.

L'élection sénatoriale en Floride oppose le républicain Rick Scott (photo), gouverneur sortant, et le démocrate sortant Bill Nelson.  L'élection sénatoriale en Floride oppose le républicain Rick Scott (photo), gouverneur sortant, et le démocrate sortant Bill Nelson. Photo : Reuters / Joe Skipper

Sur Twitter, Donald Trump demande aux autorités de Floride de s'en tenir aux résultats initiaux, plutôt que de recompter tous les bulletins.

« L'élection en Floride devrait revenir à Rick Scott et Ron DeSantis », estime le président américain, qui évoque à propos du recomptage « de nouveaux bulletins sortis de nulle part » et de nombreux autres « disparus ou truqués ».

« Un comptage honnête n'est plus possible », ajoute Donald Trump, qui dénonce une « infection massive ».

Également sur Twitter, Andrew Gillum a répondu à M. Trump par une courte phrase : « Vous avez l'air nerveux. »

Une défaite des républicains en Floride constituerait pour Donald Trump un camouflet venant s'ajouter à la perte de la Chambre des représentants lors de ces élections de mi-mandat.

Appel à la modération

Le président américain avait déjà accusé de corruption les responsables électoraux démocrates dans les comtés de Broward et de Palm Beach, sur Twitter, sans apporter de preuve à ses accusations.

Rick Scott a engagé une procédure devant un juge du comté de Broward pour obtenir une saisie de toutes les machines électorales, des instruments de comptage et des bulletins non utilisés jusqu'à la fin du nouveau comptage.

Le juge a rejeté la demande de Rick Scott lundi, a mentionné Marc Elias, un avocat représentant l'équipe de campagne de Bill Nelson.

Le candidat démocrate au Sénat Bill Nelson a lui aussi saisi la justice dans le cadre du recomptage des voix. Le candidat démocrate au Sénat Bill Nelson a lui aussi saisi la justice dans le cadre du recomptage des voix. Photo : Reuters / Joe Skipper

Le juge Jack Tuter a par ailleurs appelé les deux candidats à limiter leurs déclarations publiques alors qu'une situation similaire à celle de la présidentielle de 2000 risque de se reproduire en Floride.

Plusieurs semaines avaient été nécessaires pour comptabiliser les bulletins de vote et départager le républicain George W. Bush et le démocrate Al Gore. C'est la Cour suprême qui avait pris la décision de faire cesser les opérations et M. Bush avait été déclaré vainqueur.

J'appelle les avocats à modérer leurs propos. Nous devons faire attention à ce que nous disons.

Le juge Jack Tuter

Bill Nelson a lui aussi saisi la justice, demandant que les votes provisoires et les votes par correspondance ne soient pas exclus du comptage au motif que les signatures ne correspondent pas à celles enregistrées sur les listes électorales.

Dans un message sur Twitter, le sénateur sortant a affirmé qu'il « n'y [avait] aucune preuve à l'appui des demandes des républicains extrémistes, selon qui les démocrates tentent de voler l'élection. Nous essayons seulement de nous assurer que tous les suffrages valides sont pris en compte ».

Donald Trump, président des États-Unis

Politique américaine

International