•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un comptoir illégal de vente de cannabis donne des migraines à la police de Saskatoon

Façade d'un magasin dont la porte est surmontée d'une enseigne portant l'inscription Saskatoon cannabis clinic.

La boutique est restée ouverte après la légalisation du cannabis récréatif le 17 octobre, malgré l'absence de permis et les demandes de la police.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Au moins un des anciens comptoirs de vente de cannabis dit « médicinal » de Saskatoon continue de vendre ses produits malgré des demandes répétées de la police municipale de se plier volontairement à la réglementation.

Saskatoon comptait, avant la légalisation du cannabis pour fins récréatives le 17 octobre, trois comptoirs de vente ne détenant pas de permis.

Trois d’entre eux ont fermé après que la police leur ait demandé, par écrit, de se conformer à la nouvelle réglementation.

La Saskatoon Cannabis Clinic, située sur la 2e Avenue Sud, est cependant restée ouverte et l’identité de ses propriétaires est nébuleuse et aucun des employés questionnés par CBC n’a voulu nommer le propriétaire ni le gérant.

Sans ordonnance ni permis

Les gens qui souhaitent s’y procurer de la marijuana doivent remplir un formulaire sur lequel ils doivent, entre autres, indiquer quel problème médical ils souhaitent « soigner » avec le produit, mais aucune ordonnance n’est exigée.

La Ville de Saskatoon a confirmé à CBC que le commerce existe, mais n’a aucun permis d’exploitation.

La police soutient, quant à elle, que l’entreprise n’a pas non plus de permis fédéral de production de cannabis.

Une question de temps

Selon le professeur de science politique Jared Wesley, Ottawa devrait légiférer sous peu pour mettre fin à ce « marché gris ».

« Maintenant que le gouvernement fédéral a déterminé ce qu’est un produit légal, si [ces commerces] ne vendent pas le produit légal, ils opèrent illégalement », soutient-il.

Pour lui, il reste à savoir avec quelle vigueur les gouvernements agiront contre ces commerces.

Saskatchewan

Drogues et stupéfiants