•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pollution plastique : à la recherche des meilleurs cordages de pêche pour préserver les océans

Jackie Saturno.
Jackie Saturno. Photo: Radio-Canada / CBC/Jane Adey
Radio-Canada

À Terre-Neuve-et-Labrador, il n'est pas rare de trouver sur les plages des cordages de pêche rejetés par la mer. La plupart sont faits de matières plastiques. Pour l'étudiante Jackie Saturno, ce qui est encore plus troublant, ce sont les morceaux de plastique que l'on ne voit pas, ceux qui polluent les océans et qui sont ingérés par les poissons.

À l’Université Memorial de Terre-Neuve, l’étudiante à la maîtrise a lancé un fastidieux travail de recherche, qui consiste à reproduire, dans un laboratoire, les conditions auxquelles sont soumis les différents types d’équipement employés par les pêcheurs.

Nous avons un bassin de 1200 litres d’eau et, à l’intérieur, un plancher océanique que nous avons construit. Essentiellement, c’est une planche de bois longue d’environ trois pieds sur laquelle nous avons collé des roches et des sédiments à l’aide d’époxy vert, explique Jackie Saturno.

Cette planche sert à simuler le fond marin sur lequel les cordages de pêche seront frottés à répétition.Cette planche sert à simuler le fond marin sur lequel les cordages de pêche seront frottés à répétition. Photo : Radio-Canada / CBC/Jane Adey

Les cordages de pêche, mus par un cabestan et une poulie, sont raclés à répétition contre les roches tranchantes collées à la planche.

Nous testons leur résistance à ce frottement, poursuit Mme Saturno. De cette manière, elle espère mieux comprendre comment les différents types de cordages utilisés par les pêcheurs de Terre-Neuve-et-Labrador se désagrègent, et quelle quantité de plastique ils laissent dans l’océan.

Différents types de cordages utilisés pour la pêche.Les cordages de pêche étudiés sont faits d'une variété de matières plastiques : nylon, polyéthylène et polypropylène. Photo : Radio-Canada / CBC/Jane Adey

Après s’être entretenue avec plusieurs pêcheurs pour savoir quels types de cordages étaient le plus couramment utilisés, Jackie Saturno a décidé d’en tester quatre : ceux en nylon, en polyéthylène, en polypropylène, et ceux faits d’une combinaison de polyéthylène et de polypropylène.

Chaque type de cordage est soumis 10 fois à l’expérience, de façon à éviter les anomalies.

À la fin de l’expérience, Jackie Saturno espère retourner voir les pêcheurs et pouvoir leur dire quels cordages sont les plus résistants.

Jackie Saturno avec une passoire au-dessus du bassin utilisé pour son expérience.Les cordages de pêche sont raclés à répétition contre les roches tranchantes collées sous cette planche plongée dans l'eau. Photo : Radio-Canada / CBC/Jane Adey

Ses essais viennent à peine de commencer que déjà l’étudiante est étonnée de ses premières observations.

J’ai été plutôt choquée de voir à quelle vitesse ils se brisent, dit-elle. Il semble que le polyéthylène s’effiloche beaucoup.

Gros plan sur le tamis rempli d'eau du bassin.À l'aide d'un tamis, Jackie Saturno récupère les microplastiques (moins de 5 mm) et les mésoplastiques (plus de 5 mm) qui se sont détachés des cordages de pêche pour se retrouver dans l'eau du bassin. Photo : Radio-Canada / CBC/Jane Adey

Chaque corde est frottée contre le simulacre de fond marin pendant deux heures. Toutes les cinq minutes, Jackie Saturno retire de l’eau du bassin des centaines de petits morceaux de plastique, qu’elle recueille avec une passoire attachée à un long manche.

C’est fastidieux, admet-elle.

Les morceaux de plastique sont mis à l’écart et les quantités perdues par chaque type de cordages seront par la suite comparées.

Matières plastiques flottant dans la partie supérieure de l'eau d'un bocal.Ces matières plastiques flottant dans la partie supérieure du bocal se sont détachées des cordages de pêche après un contact répété avec le fond marin simulé. Photo : Jackie Saturno

Brett Favaro est l’un des superviseurs du projet de Jackie Saturno à l’Institut maritime. L’expérience, explique-t-il, pourrait aider à concevoir de l’équipement de pêche qui est plus écologique, plus solide, donc qui laisse moins de particules de plastique dans l’océan.

Les pêcheurs auraient tout à gagner, croit-il.

Si on conçoit notre équipement de façon intelligente, il va durer plus longtemps. Nous pourrons ensuite économiser, car nous n’aurons pas à racheter de l’équipement chaque fois qu’il se brise, indique-t-il.

Jackie Saturno et Brett Favaro devant les cordages de pêche testés dans le cadre de l'expérience.Jackie Saturno (gauche) et Brett Favaro (droite), de l'Institut maritime de l'Université Memorial de Terre-Neuve. Photo : Radio-Canada / CBC/Jane Adey

La gestion des pêches n’est pas seulement de gérer ce que nous prenons dans l’océan, mais aussi la manière dont nous le prenons, dit Brett Favaro.

Jackie Saturno prévoit publier les conclusions de ses recherches d’ici quelques mois.

Avec les informations de Jane Adey, CBC

Avec les informations de CBC

Terre-Neuve-et-Labrador

Environnement