•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Alcool au volant d'un VTT : des lois plus sévères demandées

Un VTT roule sur un sentier.
La conduite de VTT ou de motoneiges est beaucoup moins réglementée en Atlantique que celle de voitures, même si ces engins peuvent atteindre de grandes vitesses. Photo: CBC/Mike Heenan
Radio-Canada

Pour prévenir les décès causés par la conduite en état d'ébriété d'un véhicule tout terrain ou d'une motoneige, l'Association des mères contre l'alcool au volant (MADD) au Canada demande des lois plus sévères et leur application rigoureuse.

Andrew Murie, chef de la direction de MADD Canada, croit qu’il est temps d’aller plus loin que de simplement informer les amateurs de véhicules tout terrain (VTT) et de motoneiges des dangers de la conduite avec facultés affaiblies.

L’éducation a eu un succès très limité, dit-il. Nous en voyons les preuves partout.

En Atlantique, au moins 178 personnes ont perdu la vie dans des accidents de VTT ou de motoneige depuis 6 ans, d'après une récente enquête de CBC News.

Dans au moins quatre cas sur dix, le conducteur du VTT ou de la motoneige avait les facultés affaiblies par l’alcool ou la drogue.

Ces statistiques sont affligeantes lorsque mises en relief avec le succès qu’ont connu les initiatives pour réduire la conduite d’une automobile avec les facultés affaiblies, dit M. Murie.

Le dirigeant de MADD Canada croit que les provinces devraient légiférer pour que les conséquences soient plus sévères, augmenter la surveillance des sentiers, et faire savoir au public que les lois seront appliquées.

Si une province agissait ainsi, en un an nous verrions une diminution spectaculaire des décès et des blessures, c’est garanti, dit-il.

Andrew Murie, chef de la direction de MADD Canada.Andrew Murie, chef de la direction de MADD Canada. Photo : MADD Canada

M. Murie affirme que lorsque la Colombie-Britannique a commencé à saisir les véhicules des automobilistes conduisant en état d’ébriété, les morts attribuables à l’alcool ont diminué presque du jour au lendemain.

Aucune province canadienne, souligne-t-il, n’a adopté de loi lui donnant le droit de saisir le VTT ou la motoneige d’une personne au volant sous l’effet de l’alcool ou de la drogue.

Andrew Murie croit qu’une telle mesure est nécessaire pour changer la culture sur les sentiers.

Le matin suivant, ils ne peuvent aller nulle part, illustre-t-il. Ils ne peuvent participer à leur activité. Ils doivent payer pour ravoir [leur véhicule]. Ils sont accusés de conduite avec facultés affaiblies. Ils ont un dossier criminel.

Tout cela a fonctionné avec les voitures. Cela fonctionnera assurément avec les autres véhicules, croit-il.

Avec les informations de Jack Julian, CBC

Avec les informations de CBC

Nouveau-Brunswick

Prévention et sécurité