•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des polars à couper le souffle

La couverture du livre « Amqui » présente la photo de l'enseigne lumineuse de l'Hôtel Restaurant Royal, prise en contre plongée.
La couverture du livre « Amqui » Photo: Héliotrope
Radio-Canada

Les jours raccourcissent, le soleil se fait rare, c'est le temps d'hiberner avec un bon livre! Voici une sélection de polars à vous donner des frissons, même bien au chaud sous la couette...

Une sélection présentée en collaboration avec Les libraires (Nouvelle fenêtre)

Amqui
(Nouvelle fenêtre)
Éric Forbes (Héliotrope)

« Attachez votre ceinture! L’auteur et libraire Éric Forbes nous fait faire le trajet de la grande métropole jusque dans la vallée de la Matapédia à un rythme effréné sur les traces d’Étienne Chénier, un ex-libraire fraîchement sorti de prison et dont l’ultime objectif est de se venger de ceux qui lui ont pourri la vie. Un polar très efficace, construit dans les règles de l’art et non dénué d’humour. De l’humour noir, on s’entend. Impossible de le déposer avant d’avoir tourné la dernière page. Vous serez prévenus! »
Mélanie Langlois, librairie Liber (New Richmond)

Macbeth (Nouvelle fenêtre)
Jo Nesbø, traduction de Céline Romand-Monnier (Gallimard)

La couverture du livre « Macbeth » présente des rails de chemin de fer avec la silhouette d'un homme marchant à côtéLa couverture du livre « Macbeth » Photo : Gallimard

« S’inspirant de la pièce shakespearienne du même titre, Nesbø réussit à transposer dans notre monde moderne les enjeux de cette tragédie. Le flic Macbeth, prêt à tout pour prendre le contrôle de la ville et poussé par son épouse, Lady, éliminera trafiquants, collègues et amis pour y parvenir. Et comme sa folie grandissante ne fait que le rendre plus sympathique et plus puissant au lieu de lui nuire, on ne peut que réfléchir à la réalité qui nous entoure... Le récit traduit efficacement l’opposition entre le bien et le mal. Polar captivant qui nous tient en haleine jusqu’à son dénouement, et cela, même si l'on connaît déjà l’œuvre théâtrale. »
Louise Chamberland, librairie L'Option (La Pocatière)

Adieu, mignonne. Red Light (t. 1) (Nouvelle fenêtre)
Marie-Ève Bourassa (VLB éditeur)

La couverture du livre « Adieu, mignonne » de Marie-Eve Bourassa présente une photo en noir et blanc des avant-bras d'une femme portant des manches de dentelle noire, une montre et une bague à la main gauche, et une cigarette à la main droite avec de la fumée en arrière plan. La couverture du livre « Adieu, mignonne » (Red Light, t. 1) de Marie-Eve Bourassa Photo : vlb éditeur

« Une jeune prostituée se fait enlever son bébé; elle demande de l’aide à un ancien policier, un reclus junkie, infirme de guerre, pour le retrouver. Ce roman fascinant, le premier d’une trilogie, qui se déroule dans le quartier du Red Light de Montréal, celui des cabarets, des bordels et de l’alcool de contrebande qui coule à flots, met en scène un enquêteur atypique et des écorchés dans une atmosphère glauque. »
Alexandra Mignault, revue Les libraires

Brasier noir (Nouvelle fenêtre)
Greg Iles, traduction d'Aurélie Tronchet (Actes Sud)

La couverture du livre « Brasier noir » présente la photo en médaillon ovale du visage d'une femme, avec un filtre jaune, sur fond noir bordé de rouge.La couverture du livre « Brasier noir » Photo : Actes Sud

« Penn Cage, ex-procureur, doit défendre son père, accusé d’avoir tué son ancienne infirmière. Ses recherches pour découvrir la vérité mettent à jour une série de meurtres impunis commis dans les années 60, au cœur de la ségrégation raciale. Si les premières pages sont dures, mettant en scène les terribles exactions d’un groupe plus radical que le Klu Klux Klan, elles fondent l’assise du roman et fournissent le matériel pour un texte labyrinthique, au rythme effréné maintenu par une plume vive et consciencieuse. De l’amour filial au sentiment de trahison, du besoin intrinsèque de justice à la corruption enracinée, du journaliste local aux agents de la CIA, Brasier noir bouscule par sa vérité décapante et rappelle la fragilité de nos acquis. »
Chantal Fontaine, librairie Moderne (Saint-Jean-sur-Richelieu)

Livres

Arts