•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un avocat de Calgary assimile le drapeau arc-en-ciel aux symboles nazis

Portrait professionnel de John Carpay.
L'avocat John Carpay amalgamé le drapeau arc-en-ciel et la croix gammée lors d'une conférence tenue samedi à Calgary. Photo: Justice Centre for Constitutional Freedoms
Radio-Canada

L'avocat calgarien à l'origine de la contestation judiciaire de la loi sur les alliances gai-hétéro a comparé, samedi, le drapeau arc-en-ciel à la croix gammée, les qualifiants de symboles de totalitarisme.

Lors d’une conférence, l’avocat John Carpay du Justice Centre for Constitutional Freedoms a proposé sa réponse personnelle à ce qu’il qualifie de « totalitarisme d’aujourd’hui ».

« Ça n’a aucune importance que [les symboles] soient un marteau et une faucille pour le communisme, une croix gammée pour l’Allemagne nazie ou si c’est un drapeau arc-en-ciel, ce qu’il y a en dessous est une hostilité envers les libertés individuelles », a-t-il dit.

À la défense de la liberté

En entrevue à CBC, John Carpay a soutenu qu’un extrait de 30 secondes donnait l’impression, fausse, selon lui, qu’il traitait ces symboles comme des « systèmes de croyances de valeur égale », réduisant ainsi la portée réelle de sa présentation de 20 minutes sur « la nature du totalitarisme ».

« Je dis que toutes les formes de totalitarisme ont des caractéristiques communes, et ce, peu importe le symbole utilisé lorsque la liberté est mise à mal », se défend-il.

Il ajoute qu’il « faut défendre la société libre sans égard aux symboles qui représentent les différentes idéologies. Ce qui importe, ce sont les attaques portées contre nos libertés fondamentales et le fait qu’il nous faut les défendre ».

Parmi les exemples de menaces à la liberté, l’avocat cite notamment l’expulsion de manifestants anti-LGBT des campus et la loi albertaine protégeant les étudiants contre les professeurs qui voudraient exposer leur appartenance à une alliance gai-hétéro.

Excuses

L’avocat calgarien s’est toutefois excusé par courriel d’avoir « malencontreusement » utilisé cette comparaison.

Avec les informations de Sarah Rieger

Alberta

Droits et libertés