•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Elle pédale vers un record du monde en parcourant 734 km en une journée

Meaghan Hackinen, à vélo dans le désert, devant une montagne et des maisons.

La cycliste saskatchewanaise Meaghan Hackinen a parcouru 734 km en pédalant nuit et jour.

Photo : Anthony Dryer

Radio-Canada

La cycliste de Saskatoon Meaghan Hackinen est arrivée au deuxième rang lors des 24 h cyclistes contre la montre en Californie. Ce faisant, elle a toutefois battu le record du monde de distance parcourue en compétition dans son groupe d'âge.

Meaghan Hackinen a pédalé à la lueur de la lune et du soleil, bravant le désert, ses coyotes et ses 35 degrés pour établir son nouveau record du monde d’endurance.

« C’était une journée de découverte », explique celle qui s’est dite surprise de sa propre endurance.

Dévorer la route

La cycliste n’en est pas à ses premières armes, mais les 400 km de route qu’elle a déjà dévorés en Saskatchewan ne lui assuraient pas la capacité de tenir 24 h.

« J’étais un peu inquiète qu’il puisse y avoir des pépins, que mes ligaments s’enflamment ou que mes épaules s’endolorissent », confie-t-elle.

À la crainte des douleurs s’ajoutait celle de s’assoupir, de tomber et de ne pas finir sa course.

L’appel du pédalier

C’est toutefois pendant la course, que Meaghan Hackinen s’est rendu compte qu’elle pouvait maintenir le rythme au long de la nuit, ragaillardie par son environnement et le sentiment de ne pas être seule.

Son vrai défi, explique-t-elle, a été de rester hydratée, surtout en cours de journée.

La cycliste soutient cependant que l’investissement personnel que nécessite un tel effort d’endurance naît d’un appel intérieur au regard tourné vers le monde.

« J’aime voir le soleil se lever et se coucher en une journée. C’est un sentiment formidable que de bouger autant et d’observer le qui se passe autour de soi », dit-elle.

Elle ajoute que le fait de pédaler lui permet de libérer son esprit. « Je me sens plus forte et j’ai l’impression d’avoir un meilleur contrôle sur ma vie… c’est un peu comme thérapie. »

Saskatchewan

Cyclisme sur route