•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le bilan s'alourdit à 31 morts dans les incendies en Californie

Le récit de Mathieu Prost

Au moins 31 personnes sont mortes en Californie dans deux des trois feux qui ravagent l'État, mais le bilan, toujours provisoire, pourrait s'alourdir.

Les autorités signalent en effet que 228 personnes manquent à l’appel, dont au moins 100 dans la seule ville de Paradise, située dans le nord de la Californie.

Dans cette localité de quelque 27 000 habitants, rasée en grande partie par les flammes, des équipes de secouristes continuent de chercher dans les ruines afin de retrouver des corps.

Les autorités espèrent que les disparus sont en sécurité, mais constatent qu'ils sont dans l’impossibilité de contacter leurs proches.

Ruines carboniséesDes maisons détruites par l'incendie Camp Fire dans la ville de Paradise, en Californie. Photo : Reuters / Stephen Lam

En fin de soirée dimanche, le bilan des morts dans le nord de l’État s’est élevé d’un seul coup à 29, après la découverte de six cadavres.

À ce compte s’ajoutent les deux personnes mortes à Malibu, dans le sud de l’État, dans l'incendie Woolsey.

Les autorités craignent que la situation n'empire, car la météo prévoit que des vents secs et chauds continueront de balayer la Californie jusqu'à mardi soir.

Camp Fire, Woolsey Fire et Hill Fire

Le feu brûle les arbres dans la nuit.L'Incendie Camp Fire brûle près de Big Bend, en Californie. Photo : The Associated Press / Noah Berger

Dans le nord de l'État, l'incendie nommé Camp Fire, qui a presque complètement dévasté la ville de Paradise, a jusqu’à maintenant brûlé près de 46 000 hectares. Il est maîtrisé à 25 %, selon le Département des forêts et de la protection contre les incendies de la Californie.

Le brasier a détruit plus de 6700 bâtiments, surtout à Paradise, où il a obligé les résidents à fuir rapidement. Pris dans des embouteillages, beaucoup ont d’ailleurs abandonné leur véhicule pour s'enfuir à pied, alors qu’ils étaient cernés par les flammes.

La cause de l'incendie n'a pas été déterminée officiellement. Selon le quotidien Sacramento Bee, des responsables locaux du réseau électrique ont mentionné aux autorités californiennes qu'une panne était survenue près du lieu où il a démarré.

La banque Morgan Stanley estime que les dégâts touchant des biens assurés causés par Camp Fire se situent entre 2,6 et 5,2 milliards de dollars.

Au sud, l'incendie Woolsey, qui fait rage près de Los Angeles et qui a brûlé une partie de la station balnéaire de Malibu, couvre de son côté plus de 37 000 hectares de forêt et est maîtrisé à 20 %. Il a détruit 180 structures depuis jeudi après-midi, en plus de forcer l'évacuation de dizaines de milliers de personnes.

Quant à l’incendie Hill, qui s’est déclaré tout près, au nord de Malibu, il n’a fait aucune victime et s'étend sur 1800 hectares. L'incendie était maîtrisé à 80 % lundi.

Un avion lâche un genre de poudre rouge au-dessus de montagnes envahies de fumée.Un avion lâche du retardateur de flamme pour aider les pompiers à combattre l'incendie Woolsey, qui continue à brûler à Malibu. Photo : Reuters / Eric Thayer

Les 300 000 personnes qui ont été évacuées de leur résidence partout en Californie devront donc patienter encore plusieurs jours avant de retrouver leur demeure. Dans les comtés de Ventura et de Los Angeles, toutefois, certaines zones ont été rouvertes dans la nuit de dimanche à lundi.

La majorité de la Californie n'a pas reçu de pluie depuis plus d'un mois et la végétation sèche est un combustible idéal pour les brasiers dévastateurs. Les autorités estiment que, dans le nord, la maîtrise des flammes pourrait nécessiter jusqu'à trois semaines.

Trump critique la Californie

Devant la gravité de la situation, le président Donald Trump a émis une déclaration d'urgence qui permettra aux comtés de Butte, de Ventura et de Los Angeles d'obtenir de l'aide du gouvernement fédéral.

Il a cependant ensuite menacé de ne pas accorder d’argent à la Californie, affirmant que la gestion des forêts y « est tellement mauvaise » et que l'État devrait agir davantage pour enlever les arbres pourris et autres débris afin d'éviter de nourrir les incendies qui s’y déclarent.

Les représentants de l'État ont pour leur part mis en cause les changements climatiques et ont souligné que plusieurs des zones brûlées se trouvaient sur des terres gérées par le gouvernement fédéral.

Avec les informations de CNN, Reuters, et Agence France-Presse

Feux de forêt

International