•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Duel entre les Roughriders et les Blue Bombers pour atteindre la finale de l'Ouest

Le quart-arrière Matt Nichols des Blue Bombers cherche un receveur lors du « Banjo Bowl » contre les Roughriders de la Saskatchewan.

Dimanche après-midi, le quart-arrière Matt Nichols devra affronter la redoutable défensive des Roughriders de la Saskatchewan (archives).

Photo : La Presse canadienne / Trevor Hagan

Radio-Canada

Après deux semaines d'inactivité, les Roughriders de la Saskatchewan sont prêts à en découdre avec les Blue Bombers de Winnipeg dimanche après-midi en vue d'accéder à la finale de l'Ouest, la semaine prochaine au domicile des Stampeders de Calgary.

Un texte de Charles Lalande

Le stade Mosaic, où jouent les Roughriders, a la réputation d'être l’endroit où le jeu est le plus difficile pour l'équipe adverse. Vétéran de sept saisons dans la Ligue canadienne de football (LCF), le receveur et centre-arrière des Riders, Patrick Lavoie, s’attend à ce que la foule y soit déchaînée.

L'équipe compte bien faire plaisir à ses fidèles partisans : « ce sont les séries, c’est un match à la maison, nous nous devons le gagner. Nous voulons aller loin dans les séries et nous avons l’équipe pour y arriver », dit celui qui a remporté la Coupe Grey en 2016 avec le Rouge et Noir d’Ottawa.

Le 13 octobre dernier, les Roughriders avaient croisé le fer avec les Blue Bombers à Winnipeg où ces derniers l’avaient aisément emporté 31 à 0. La Saskatchewan avait quant à elle triomphé 31 à 23 et 32 à 27 au début du mois de septembre.

« Ça va être un match physique. Il n’y aura pas de lendemain. Il y aura beaucoup d’engouement pour la partie », souligne Alexandre Gagné, le secondeur des Riders utilisé sur les unités spéciales.

Le demi offensif vedette des Blue Bombers, Andrew Harris, s’est adressé aux médias samedi après-midi avec un brin de philosophie : « La chose la plus importante est de ne rien tenir pour acquis. Nous devons tout donner et profiter de chaque match et de chaque jeu. La LCF est une ligue où le tempo est très important. La rencontre peut changer très rapidement. »

Les Riders n’ont pas froid aux yeux

Selon les prévisions météorologiques, il fera -9 degrés à Regina dimanche après-midi. La température ressentie sera de -17.

Dans de telles conditions, l'offensive priorise le jeu au sol et de courtes passes.

Outre cela, les joueurs ne changent aucunement leur préparation, soutient le secondeur Alexandre Chevrier, utilisé lui aussi sur les unités spéciales.

« Qu’on joue à 20 degrés ou à -20, on va boire autant d’eau pour ne pas avoir de crampes. On essaie d’enlever l’aspect température de notre tête et de seulement jouer au football. »

Le mystère plane

Qui sera aux commandes de l’attaque des représentants de la Saskatchewan pour amorcer le duel face aux Manitobains? Le quart-arrière numéro un, Zach Collaros, qui a subi une commotion cérébrale le 27 octobre, ou le substitut Brandon Bridge?

À moins de 24 heures du botté d’envoi, l’entraîneur-chef Chris Jones continuait hier à laisser planer le mystère lors de sa rencontre avec les membres de la presse.

« Vous mettez trop l’accent sur ce sujet, a-t-il répondu. Nous préparons les deux hommes à jouer un match de football professionnel. »

On peut toutefois s’attendre à ce que Collaros soit à son poste. Samedi matin, les Riders ont publié leur alignement sur leur compte Twitter et l’Américain y est le premier sur la liste.

Saskatchewan

Football