•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'industrie québécoise du jeu vidéo salue le legs de Bernard Landry

Le reportage de Sébastien Desrosiers
Radio-Canada

Les passionnés de jeux vidéo convergent cette fin de semaine au Marché Bonsecours, dans le Vieux-Montréal, pour le deuxième salon Expo Montréal Jeux Arcade (MEGA). Jeunes et moins jeunes viennent y découvrir les dernières tendances et les nouveaux jeux vidéo conçus au Québec.

Un texte de Fannie Bussières McNicoll

Il s'agit également d'une occasion, pour l'industrie, de rendre hommage à l'ancien premier ministre Bernard Landry, qui a joué un rôle crucial dans l'essor de ce secteur depuis la fin des années 1990.

Bernard Landry n'était certainement pas accro aux jeux vidéo. Mais il a compris très tôt que le Québec avait un virage technologique à accomplir et a flairé le potentiel de l'industrie du jeu vidéo. Il a donc créé en 1996 un crédit d'impôt destiné aux entreprises multimédia.

Bernard Landry, c'est le père de l'industrie du jeu vidéo au Québec. Il a vraiment été un visionnaire. Avant 1997, on pensait que les jeux vidéo étaient tous faits au Japon, chez Nintendo.

Louis-Félix Cauchon, président de la Guilde de développeurs de jeux vidéo indépendants du Québec
Un homme pose devant des affiches du festival de jeux vidéo et de jeux d'arcade MEGA. Louis-Félix Cauchon est l'un des instigateurs du salon MEGA, le seul événement organisé pour le grand public consacré aux jeux vidéo au Québec Photo : Radio-Canada / Fannie Bussières McNicoll

Le crédit d'impôt remboursable pour la production de titres multimédias permet de rembourser une proportion des dépenses salariales admissibles. Cette mesure avant-gardiste a attiré les géants du jeu vidéo au Québec, comme le français Ubisoft. L'arrivée de ces grandes entreprises a par la suite permis de développer une expertise québécoise.

Simon Dansereau est le président du studio Triple Boris, installé à Varennes, dans la circonscription de Verchères, qui était autrefois représentée par Bernard Landry. Il dit devoir une fière chandelle à l'ancien premier ministre.

Ces grandes compagnies-là qui sont venues ici ont formé des gens comme moi, qui, dans les dernières années, avons démarré notre propre studio et créé des emplois.

Simon Dansereau, président du studio Triple Boris.
Un homme regarde la caméra en souriant. Il tient dans ses mains un casque de réalité virtuelle et un pistolet jouet. Simon Dansereau et son équipe en sont à la phase de tests de leur nouveau jeu de réalité virtuelle, Virus 4.0 Photo : Radio-Canada / Fannie Bussières McNicoll

Si c'est dès la fin des années 1990 que les premiers effets positifs des mesures fiscales se sont fait sentir, c'est vers 2010 que le milieu des studios indépendants de conception de jeux vidéo 100 % québécois s'est développé. Louis-Philippe Cauchon affirme d'ailleurs que ce secteur d'activités a sextuplé en importance dans les huit dernières années au Québec.

Montréal est aujourd'hui l'une des plus importantes capitales du jeu vidéo dans le monde. L'ancien premier ministre laisse donc en héritage une industrie florissante avec plus de 200 studios indépendants qui créent des mondes imaginaires pour le plus grand plaisir des petits comme des grands.

Gabriel De Roy est un jeune concepteur de jeu vidéo qui a fondé son studio il y a trois ans. Et il a confiance en l'avenir.

Pour un studio indépendant avec des ressources financières limitées, le crédit d'impôt instauré par Bernard Landry va faire toute la différence. Ça permet d'avoir un ou deux employés de plus quand on a une petite équipe.

Gabriel De Roy, président du studio Neonable et concepteur du jeu vidéo Bootleg Systems
Un homme en camisole noir regarde la caméra en souriant. Il a le bras appuyé sur un bureau sur lequel se trouve un écran sur lequel est affiché le logo d'un jeu vidéo. Gabriel De Roy, président du studio Neonable, travaille à perfectionner le jeu Bootleg Systems Photo : Radio-Canada / Fannie Bussières McNicoll

L'industrie du jeu vidéo, qui sera rassemblée à la grande fête MEGA au Club Soda samedi soir dès 19 h, rendra hommage à Bernard Landry. Une minute de silence sera observée à sa mémoire.

Jeux vidéo

Économie