•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’Alliance française invite un expert en géopolitique pour parler d'immigration

Portrait de Slimane Zeghidour.

Slimane Zeghidour est rédacteur en chef de TV5 Monde et a été reporter de guerre pendant une vingtaine d'années.

Photo : Radio-Canada / Pierre Verrière

Radio-Canada

Pour la semaine de l'immigration francophone au Canada, l'Alliance française invite ce samedi le journaliste et éditorialiste politique Slimane Zeghidour pour une conférence sur l'immigration donnée à la Maison des artistes.

Un texte de Julien Sahuquillo

Pour les organisateurs, cette conférence est l'occasion de discuter des mouvements migratoires avec un professionnel qui travaille sur ces questions depuis une vingtaine d'années.

Selon Alan Nobili, le directeur de l’Alliance française du Manitoba, le parcours de Slimane Zéghidour en fait un conférencier de choix.

« Il est journaliste, éditorialiste et rédacteur en chef de TV5 Monde. Il est également écrivain et chercheur spécialisé en géopolitique », détaille-t-il.

Dans le mandat de l'alliance

Il explique que l'Alliance française du Manitoba s’est associée avec l'Accueil francophone pour offrir la vision d’un expert la question des mouvements de population.

« On va parler de migrations, de la fuite des cerveaux et le drainage des gens qualifiés en Afrique qui pose un problème », précise Alan Nobili.

Il ajoute que c’est également le rôle de l’Alliance française de faire avancer le débat d’idée.

« C’est important qu’on replace la question de l’immigration au Manitoba dans un contexte plus général et géopolitique, insiste Alan Nobili. Il y a des raisons pour lesquelles des millions de gens se retrouvent à quitter leur pays. Ils ne le font pas forcément de gaieté de cœur et il faut le comprendre. »

Une image à restaurer

Le responsable de la page Facebook Immigration Manitoba, Merouane Abed, estime quant à lui que l’image de l’immigrant doit être réhabilitée aux yeux du grand public.

« L’immigrant est diabolisé, le réfugié aussi, on ne fait plus la différence entre les deux. On a du mal à comprendre pourquoi les gens veulent changer de pays », explique-t-il.

Cette image change toutefois en fonction du pays d’origine de la personne.

« Si l'on parle d’un immigrant français, on va lui ouvrir les portes plus facilement qu’un immigrant d’Afrique ou du Moyen-Orient détaille Merouane Abed. Il y a des problèmes politiques [et] des problèmes de terrorisme qui sont malheureusement généralisés à toute une communauté. »

Selon lui, le Canada reste néanmoins une vraie terre d'accueil. « Il y a une politique nationale d’immigration, contrairement aux pays européens. Sans immigration, il n’y a pas de croissance économique au Canada », affirme-t-il.

Malgré cela, il reconnaît que les nouveaux arrivants doivent relever plusieurs défis, notamment celui de l’employabilité.

« On nous sélectionne parce qu’on a de l’expérience et, quand on arrive ici, on nous dit qu’il faut avoir de l’expérience canadienne. Un médecin se retrouve à ne pas pouvoir exercer et [il doit] travailler dans un centre d’appel » explique-t-il.

Manitoba

Associations francophones