•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des citoyens marchent pour l'environnement dans l'Est-du-Québec

Des dizaines de personnes en habits de neige sont rassemblées devant l'église de Cacouna.
Plus de 80 personnes se sont réunies devant l'église de Cacouna samedi après-midi. Photo: Radio-Canada / Marie-Josée Paquette-Comeau
Radio-Canada

Quelques centaines de manifestants participent à des marches pour l'environnement dans l'Est-du-Québec samedi. Ils joignent les milliers d'autres Québécois qui défilent dans les rues de Montréal et d'autres villes québécoises pour sensibiliser le gouvernement caquiste aux questions environnementales.

Un texte de Marie-Christine Rioux

Ces marches s’inscrivent dans le cadre du mouvement citoyen « La planète s’invite au parlement », dont l’objectif est de rappeler aux élus les préoccupations de citoyens quant aux changements climatiques.

Des marcheurs doivent prendre part à des rassemblement tenus, entre autres, à Cacouna, à Trois-Pistoles, à Rimouski, à Gaspé et à Maria.

À Maria, ils étaient une centaine à marcher pour la planète sous la neige, la pluie et le vent samedi matin.

L’organisateur et co-porte-parole de l'événement, Benoit Trépanier, croit que la Gaspésie subit de plein fouet l'impact des changements climatiques.

C'est clair que vu qu'on est un petit peu plus proches de la nature que les gens en ville, on voit tout de suite les impacts. On peut voir l'érosion, la submersion des berges.

Benoit Trépanier, organisateur et co-porte-parole de la marche à Maria

Du côté de Cacouna, plus de 100 personnes se sont réunies devant l'église pour ensuite amorcer leur marche vers le port.

Plusieurs personnalités sont présentes dont le cinéaste Hugo Latulippe et l'agent de développement culturel et aux revendications territoriales de la Première Nation malécite de Viger, Pierre Morais.

On est naturellement et foncièrement des défenseurs de l'eau et de la terre, c'est important symboliquement d'être présents avec ces gens-là qui partagent les mêmes idées que nous.

Pierre Morais, agent de développement culturel et aux revendications territoriales de la Première Nation malécite de Viger

Pacte pour la transition

Ces manifestations ont été organisées peu de temps après le lancement du « Pacte pour la transition » par des centaines de personnalités réunies à Montréal mercredi.

L’instigateur du pacte, Dominic Champagne, a rencontré le premier ministre François Legault vendredi.

Dominic Champagne s'adresse à la foule500 personnalités québécoises appellent leurs concitoyens à poser des gestes concrets pour la planète Photo : Radio-Canada / Louis-Philippe Ouimet

Le premier ministre n’a pas pris d’engagement officiel à l’issue de cette rencontre, mais il devrait préciser la position de son gouvernement sur la question environnementale lors de la rentrée parlementaire le 27 novembre.

Samedi, plus de 135 000 personnes avaient signé en ligne le Pacte pour la transition.

D’après les informations de Marie-Josée Paquette-Comeau et de Pierre Cotton

Bas-Saint-Laurent

Environnement