•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Développer la rivière Madeleine : une question de survie

La Seigneurie de la rivière Madeleine est interdite d'accès.
La Seigneurie de la rivière Madeleine est interdite d'accès. Photo: Radio-Canada

Neuf ans après l'achat de la Seigneurie de la Rivière-de-la-Madeleine par Investissement Québec, le maire de Sainte-Madeleine-de-la-Rivière-Madeleine espère que ce territoire privé et interdit d'accès puisse enfin devenir ce levier tant espéré pour permettre à la municipalité de se sortir de sa torpeur.

Un texte de Michel-Félix Tremblay

La Seigneurie de la Rivière-de-la-Madeleine est un cas inusité. Ce territoire a servi de club privé pour les dirigeants de la papetière Domtar pendant 50 ans avant d'être racheté en 2009 par la Société générale de financement (SGF), maintenant fusionnée à Investissement Québec.

C'est donc dire que les contribuables québécois sont propriétaires, non seulement d'un territoire forestier de 45 km carrés, mais aussi de 10 km de rivière, fosses comprises, et d'une bande de littoral bordant le fleuve Saint-Laurent.

La Seigneurie, c'est un joyau et un trésor caché.

Joël Côté, maire de Sainte-Madeleine-de-la-Rivière-Madeleine

Un territoire unique sur lequel la grande majorité des citoyens de la municipalité n'ont jamais posé pied. La pêche, la randonnée pédestre et même la navigation sont proscrites. Des employés assurent la surveillance des lieux et des cadenas bloquent l'accès aux routes forestières et aux sentiers.

Des cadenas empêchent la circulation dans le territoire de la Seigneurie.Des cadenas empêchent la circulation dans le territoire de la Seigneurie. Photo : Radio-Canada

Cette situation n'est pas sans rappeler les clubs privés qui existaient sur certaines des plus belles rivières à saumon du Québec avant 1977.

Depuis quelques années cependant, Investissement Québec a démontré un peu de souplesse, car les VTT et les motoneiges ont obtenu un droit de passage pour traverser la rivière.

La plage est même une propriété privée dans le secteur.La plage est même une propriété privée dans le secteur. Photo : Radio-Canada

Des promesses qui se font attendre

Lors de l'acquisition de ce territoire en 2009, la SGF mentionnait vouloir « mettre en place un modèle de gestion qui contribuerait à la mise en valeur de l'une des plus belles rivières à saumons de la Gaspésie ».

Or, rien n'a été fait en ce sens depuis près de 10 ans. Le maire Joël Côté fonde donc beaucoup d'espoir sur un projet de halte culturelle en plein coeur de la Seigneurie.

La municipalité a demandé à Investissement Québec de lui céder une portion de terrain d'environ 45 mètres de long pour aménager cette halte.

Pour la deuxième municipalité la plus dévitalisée au Québec, la mise en valeur de ce territoire fermé et clôturé en plein centre de la localité, est nécessaire, rappelle Joël Côté.

C'est une question de survie pour dynamiser et revitaliser le milieu.

Joël Côté, maire de Sainte-Madeleine-de-la-Rivière-Madeleine

À terme, le maire souhaite que le projet de halte culturelle soit un premier pas vers l'ouverture au grand public de la Seigneurie. Il voit ce projet comme le début d'une « belle aventure ».

Le maire Joël Côté sur le terrain lorgné par la municipalité.Le maire Joël Côté sur le terrain lorgné par la municipalité. Photo : Radio-Canada

Il demande à ce que ce territoire demeure une propriété publique et que les promesses de 2009 se matérialisent.

François Legault a dit qu'il voulait aider les régions, ce serait un beau geste de sa part de s'intéresser à notre réalité.

Joël Côté, maire de Sainte-Madeleine-de-la-Rivière-Madeleine

Le maire estime que la pêche aux saumons, interdite de l'embouchure jusqu'au grand saut, ainsi que des activités récréo-touristiques pourraient assurer le développement économique de sa municipailté où, bien souvent, les milliers de touristes ne font que passer.

Il attend une réponse d'Investissement Québec d'ici la fin de l'année. Selon lui, le dossier chemine assez bien. Les élus municipaux entendent aussi interpeller la ministre responsable de la région, Marie-Eve Proulx.

Environnement

Économie