•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Société ontarienne du cannabis blâme les producteurs agréés pour les retards de livraison

Photo d'une main qui tient un téléphone cellulaire où est affiché une image de cannabis.
Une image du site web de la Société ontarienne du cannabis Photo: La Presse canadienne / Sean Kilpatrick

Le Société ontarienne du cannabis (SOC), qui fait l'objet de nombreuses plaintes depuis la légalisation de la marijuana, affirme que ce sont les erreurs d'étiquetage des producteurs agréés par Santé Canada qui retardent la livraison de certains produits.

Dans un courriel adressé cette semaine aux clients concernés par ces délais, Patrick Ford, président-directeur général de la SOC, affirme que des mesures ont été mises en place pour éviter que cela ne se reproduise. Il promet par ailleurs que les commandes quitteront le centre de distribution de la société cette fin de semaine.

Interrogé à ce sujet, M. Ford n'a pas donné plus de détails concernant les informations erronées, les produits touchés ou encore le nombre de clients affectés par le problème.

La responsable des communications de la SOC n'a pas été plus loquace, répétant simplement ce que M. Ford avait indiqué dans son courriel.

Certains des articles que nous avons reçus de producteurs agréés par Santé Canada ont été mal étiquetés, ce qui a retardé notre capacité à traiter et à expédier ces articles à certains de nos clients, y compris ceux qui ont commandé le premier jour de légalisation, a précisé Amanda Winton.

De son côté, Maryse Durette, porte-parole de Santé Canada, confirme que l'agence fédérale était au courant du problème d'étiquetage, mais affirme qu'elle ne craignait pas que la réglementation soit enfreinte ou la sécurité des informations des clients compromise.

Plus de 1000 plaintes déposées

L'ombudsman de la province a déclaré la semaine dernière que son bureau avait reçu plus de 1000 plaintes, ce qui avait forcé la mise en place de mesures pour trier les réclamations liées à ce problème.

Selon Paul Dubé, ces plaintes concernaient des retards de livraison, une mauvaise communication avec les clients et des problèmes de facturation.

Parallèlement à cela, la grève tournante de Postes Canada et la demande incroyablement élevée ont compliqué la tâche de la SOC pour acheminer les colis aux clients.

La SOC est le seul endroit où les Ontariens peuvent légalement se procurer de la marijuana à des fins récréatives dans la province depuis le 17 octobre.

Le gouvernement a promis que des points de vente privés seront accessibles à partir du mois d'avril prochain.

Toronto

Drogues et stupéfiants