•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

172 ans de souvenirs dans les voutes de la CSDM

Le reportage d'Anne-Louise Despatie
Radio-Canada

La Commission scolaire de Montréal (CSDM) n'est pas seulement la plus grande du Québec. Fondée en 1846, elle est aussi une des plus vieilles. Elle conserve de riches archives administratives, mais aussi des documents et des objets qui racontent l'histoire de l'éducation de la province.

Son ancêtre, la Commission des écoles catholiques de Montréal (CECM) a conservé son nom jusqu'en 1998, moment où le gouvernement péquiste de Lucien Bouchard a procédé à la transformation des commissions scolaires confessionnelles en entités linguistiques.

Depuis une vingtaine d'années, l'archiviste Alain Beauchamp fouille l'histoire des écoles de Montréal.

L'archiviste Alain Beauchamp réussit à sauvegarder des objets inusités, comme ce vieil épiscope.Alain Beauchamp a réussi à préserver un vieil épiscope, qui sert à projeter des images. Photo : Radio-Canada / Anne-Louise Despatie

Parfois, il réussit à sauvegarder des objets inusités, comme ce vieil épiscope qui permettait de projeter au mur les images d'un livre. C'est un peu l'ancêtre du rétroprojecteur acétate.

Les procès-verbaux des conseils des commissaires de la CECM sont aussi conservés depuis la création de l'organisme, et ce, jusqu'à aujourd'hui.

Les procès verbaux des conseils des commissaires de la CECM sont conservés depuis le tout début à aujourd'hui. Alain Beauchamp consulte de vieux procès-verbaux de la CECM. Photo : Radio-Canada / Anne-Louise Despatie

On apprend ainsi qu'en 1850, le salaire annuel des « instituteurs » varie de 20 à 100 livres anglaises. L'archiviste Alain Beauchamp constate que les hommes sont mieux rémunérés que les femmes.

La voûte contient aussi d'anciens manuels scolaires qui ont tous été utilisés par des élèves ou leur enseignant, comme ce livre de grammaire et d'orthographe de 1886.

Parmi les trésors, cette lettre de démission du peintre Paul-Émile Borduas datant de 1928 montre qu'il a enseigné le dessin aux élèves de la CECM. Tout comme l'artiste Fernand Leduc.

Un morceau de papier montre une écriture calligraphique à la mine.Après avoir étudié en France dans les années 20, Paul-Émile Borduas avait accepté un poste de professeur de dessin dans les écoles primaires de Montréal. Photo : Radio-Canada / Anne-Louise Despatie

D'autres archives dépeignent en photo le quotidien des élèves montréalais.

Les élèves reçoivent des cours pour apprendre à utiliser la nouvelle technologie que représente le téléphone à cadran dans les années 30.Des élèves reçoivent des cours pour apprendre à utiliser la nouvelle technologie que représente le téléphone à cadran dans les années 30. Photo : Radio-Canada / Anne-Louise Despatie

Ces vieilles médailles de mérite datant de la première moitié du XXe siècle rappellent comment étaient récompensés les bons élèves.

Ces vielles médailles de mérite datant de la première moitié du XXe siècle rappelle comment étaient récompensés les bons élèves.Ces vielles médailles de mérite datent de la première moitié du XXe siècle. Photo : Radio-Canada / Anne-Louise Despatie

Si certains documents ont été numérisés, le service des archives a beaucoup à faire avant le déménagement du siège social de la CSDM qui s'amorcera en 2019.

D'après un reportage d'Anne-Louise-Despatie

Grand Montréal

Éducation