•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’affichage au poste frontalier de Cornwall maintenant en mohawk

Des véhicules traversent un poste frontalier où l'affichage est en anglais, en français et en mohawk.
Plus d'un million de voyageurs qui ont franchi la frontière à Cornwall en 2017 demeurent dans une communauté mohawk. Photo: Agence des services frontaliers du Canada
CBC

Le poste frontalier de Cornwall accueille maintenant les voyageurs en français, en anglais et en mohawk dans le cadre d'un effort de réconciliation avec les Premières Nations. Plus des deux tiers des personnes qui ont franchi la frontière l'an dernier résident dans une communauté mohawk.

Le poste frontalier de Cornwall représente les efforts de l’Agence des services frontaliers du Canada [ASFC] pour travailler en partenariat avec les communautés autochtones, peut-on lire dans un communiqué de l’ASFC.

En 2017, 1,5 million de passages ont été effectués au poste frontalier de Cornwall. Plus d’un million d'entre eux ont été faits par des résidents des communautés mohawks de Saint-Regis et d'Akwesasne.

Le grand chef du Conseil mohawk d’Akwesasne, Adram Benedict, a souligné que le mohawk est la première langue de beaucoup de résidents de la communauté, particulièrement des aînés.

L’usage de notre langue au poste frontalier marque la reconnaissance des personnes qui y passent quotidiennement, et le fait que ce poste se trouve en territoire ancestral Akwesasne, a affirmé M. Benedict dans une déclaration écrite.

Notre relation avec la communauté d’Akwesasne est importante et le nouvel affichage n’est qu’un premier pas pour l’ASFC vers la réconciliation, a pour sa part déclaré le président de l’ASFC, John Ossowski.

Rappelons que le territoire d'Akwesasne chevauche à la fois les frontières du Québec, de l'Ontario et des États-Unis.

Le poste frontalier d’Iqaluit offre également un affichage en langue autochtone.

Ottawa-Gatineau

Autochtones