•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Matières inflammables : d'autres voix s'élèvent contre le Bureau de la sécurité des transport

Des wagons-citernes sur la voie ferrée.
Des wagons-citernes sur la voie ferrée. Photo: Radio-Canada / Frédéric Pepin
Radio-Canada

La pression s'accentue sur le Bureau de la sécurité des transports du Canada (BST). Après la Fédération québécoises des municipalités et le Bloc québécois, c'est au tour du Nouveau Parti démocratique (NPD) de dénoncer le retrait des matières dangereuses de la Liste de surveillance du BST.

Le transport des liquides inflammables, comme le pétrole, avait été ajouté à la Liste de surveillance du BST en 2014 à la suite de la tragédie de Lac-Mégantic. Celui-ci a été retiré de la liste il y a quelques jours sous prétexte que « les compagnies ferroviaires font une meilleure gestion de risque lorsqu'elles transportent des liquides inflammables ».

Non convaincu, le NPD réclame davantage d'explications de la présidente du BST, Kathy Fox. Une motion en ce sens a été déposée et adoptée à l'unanimité par le comité permanent des transports.

Quand on voit la déréglementation qui se passe à Transport Canada, quand on voit année après année, gouvernement après gouvernement, les réductions budgétaires, on se pose de sérieuses questions et c'est ce sur quoi on veut tenter de faire la lumière, soutient le député de Trois-Rivieres et porte-parole en Transports du NPD, Robert Aubin.

Le député de Sherbrooke, Pierre-Luc Dusseault, se dit également très inquiet.

Pour nous, c'est ridicule qu'au moment où le trafic augmente et que les accidents augmentent, le BST décide d'arrêter de faire une surveillance, souligne M. Dusseault.

Un organisme indépendant

De passage au Forum municipal sur le transport ferroviaire, le ministre fédéral des Transports a rappelé que la sécurité ferroviaire est sa priorité.

Mais, malgré les dernières données du BST, qui démontrent que le nombre de déraillements de trains contenant des matières dangereuses est en hausse, son gouvernement a rejeté jeudi une motion demandant au BST de revenir sur sa décision.

C'est un organisme qui se doit d'être indépendant de Transport Canada, parce qu'il nous fait souvent des recommandations pour améliorer la sécurité ferroviaire. Ça relève du parlement et non de TC. Je n'ai aucune autorité vis à vis le BST, note le ministre des Transports du Canada, Marc Garneau, qui insiste pour dire que le BST prend ses décisions seul.

Estrie

Politique fédérale