•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des athlètes de la région aux Championnats mondiaux de sauvetage sportif

Les jeunes qui s'exercent au bord d'une piscine.
Des athlètes de la région s'entraînent au club Le Narval en vue des Championnats mondiaux de sauvetage sportif. Photo: Radio-Canada / Claude Bouchard
Radio-Canada

Cinq jeunes athlètes du club Le Narval s'apprêtent à s'envoler en Australie pour représenter la région aux Championnats mondiaux de sauvetage sportif.

Les athlètes élites du Narval étaient très fébriles lors de leur dernier entraînement avant le grand départ pour l'Australie.

Une jeune femme dans une piscine se laisse flotter sur un mannequin orange.Léony Gobeil, 15 ans, est la plus jeune athlète parmi l'équipe élite du Narval. Photo : Radio-Canada / Frédéric Pépin

Je suis vraiment énervée! Ça fait plus d'un an qu'on planifie ce voyage-là et qu’on en parle puis ça commence à être concret!

Léony Gobeil, 15 ans

Âgés de 15 à 17 ans, ils participeront aux Championnats du monde de sauvetage nautique dans la catégorie interclubs.

D'ailleurs, un autre athlète originaire de Saint-Prime, Alexandre Dauphin-Laprise, participera lui aussi à ces championnats. Il représentera de son côté l'équipe canadienne.

Quatre sauveteurs sportifs dans la piscine du Centre Mario Tremblay à Alma.Michaël Simard, Léony Gobeil, Ann-Sophie Lepage et Coralie Dion sur le point de commencer leur entraînement. Photo : Radio-Canada / Frédéric Pépin

Le sauvetage sportif est une discipline qui allie la nage, la course, les activités nautiques et la réanimation cardio-respiratoire. Il s'agit du seul sport dont l'objectif unique est de sauver des vies.

Parmi les compétions, notons l'épreuve de priorité dans laquelle les athlètes ont deux minutes pour sortir toutes les victimes du bassin.

Un jeune homme de 16 ans en plan d'entrevue devant une piscine du Centre Mario Tremblay.À 16 ans, Michaël Simard s'entraîne avec Le Narval depuis quatre ans. Photo : Radio-Canada / Frédéric Pépin

Foncer

« Pourquoi pas? » : voilà ce que l’entraîneur David Comeau répond quand on lui demande pourquoi il a lancé cinq athlètes élites du Narval dans cette aventure.

Pour pouvoir prendre part à la catégorie interclubs, les jeunes doivent d’abord être des sauveteurs qualifiés. Ils ont ensuite à atteindre certaines performances en nage.

Tout ce qu'il faut, c'est nager suffisamment vite pour rentrer certains standards de natation dans les épreuves aquatiques, explique David Comeau.

Ils vont affronter différents clubs de sauvetage à travers le monde.

Une jeune femme en maillot de bain sort de l'eau lors d'une épreuve sportive.Julia Tremblay est la doyenne de l'équipe élite du Narval. Elle s'envolera aussi en Australie le 14 novembre. Photo : Gracieuseté

Conciliation sport-études

Les membres de l'équipe doivent concilier leurs études avec les nombreuses heures d'entraînement.

Ça fait 18 heures d'entraînement au total en plus de ce que je fais à l'extérieur de la piscine. C'est ma deuxième maison, la piscine.

Léony Gobeil, 15 ans

Pour Coralie Dion qui s’entraîne une douzaine d’heures par semaine les efforts commencent à porter fruit. Celle qui est substitut pour l'équipe nationale canadienne, prendra la place d'une des membres de l'équipe dans la catégorie 15 à 18 ans en cas de désistement.

Une jeune femme est dans une piscine et donne des consignes.Coralie Dion, 16 ans, s'entraîne en sauvetage sportif depuis quatre ans. Photo : Radio-Canada / Frédéric Pépin

Ces athlètes d'élite ne se donnent pas d'objectif de performance précis pour cette première compétition internationale.

M'amuser. Ça va être fort, alors je ne m’attends pas vraiment à avoir de médaille.

Ann-Sophie Lepage

En plus d'être une expérience très enrichissante, ce voyage permettra aussi aux jeunes de rencontrer des athlètes d'un peu partout dans le monde.

D'après le reportage de Claude Bouchard

Saguenay–Lac-St-Jean

Sauvetage