•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une Innue demande le renvoi d'un policier de la Sûreté du Québec

Lise Dominique témoigne au micro aux audiences.
Lise Dominique témoigne aux audiences de la Commission Viens à Sept-Îles (archives) Photo: Radio-Canada
Radio-Canada

Lise Dominique souhaite qu'un agent de la Sûreté du Québec, qui aurait blessé et harcelé plusieurs jeunes hommes dans la communauté innue de Matimekush-Lac John, près de Schefferville, reçoive une thérapie et soit renvoyé du service de police.

Mme Dominique, une Innue qui travaille comme intervenante à la maison pour femmes de Schefferville, a appris récemment que le policier envers qui elle a porté plainte il y a quelques années avait été impliqué dans une arrestation musclée dans la communauté de Maniwaki en 2017.

L’identité de ce policier ne peut pas être rendue publique en vertu d’une ordonnance de non-publication.

Il aurait fait l’objet de 10 plaintes au Commissaire à la déontologie policière, qui décide des mesures disciplinaires à prendre lorsqu’un policier brise son code de conduite.

Aucune de ces plaintes n’a été retenue en audience disciplinaire.

Je savais ce qu’il faisait. J’en ai passé des nuits blanches à me demander s’il allait blesser quelqu’un.

Lise Dominique

Mme Dominique a parlé de ce policier lors des audiences de la Commission Viens, sur la Côte-Nord, après que plusieurs personnes lui ont demandé de raconter leurs histoires.

La Commission Viens s'installe pour trois semaines à Maliotenam.La Commission Viens s'installe pour trois semaines à Maliotenam. Photo : Radio-Canada / Marc-Antoine Mageau

La Commission Viens a été créée, entre autres, après des allégations de mauvais traitements de policiers de la Sûreté du Québec envers des femmes autochtones à Val d’Or.
Lise Dominique se souvient d’un jeune homme qui a été laissé près d’un dépotoir, sans chaussures.

D’autres lui ont raconté que leur enfant se faisait régulièrement insulter par le policier, même lorsque celui-ci n’était pas en service, il s’arrêtait pour leur demander leurs papiers d’identité.
Elle-même a vu deux hommes avec des contusions et des coupures qui lui ont dit avoir été confrontés par le policier.

Mme Dominique affirme avoir porté plainte à quelques reprises au chef de police qui lui aurait répondu que cet agent était “son meilleur”.

Départ de Schefferville après les révélations à Val-d’Or

Mme Dominique soutient que le climat de peur qui régnait pendant que le policier était en fonction à Schefferville s’est dissipé après son départ.

Pour nous, tout a changé, dit-elle. Nous n’avons pas peur d’eux, ils sont plus attentifs.

Elle dit ne pas savoir pourquoi le policier est parti. Tout ce qu’elle sait, c’est que son départ est survenu après la diffusion d’un reportage de l’émission Enquête dans lequel il était question d’allégations de harcèlement de policiers qui menaient des femmes autochtones aux limites de la ville de Val-d’Or pour les laisser “dessoûler”. Il était aussi allégué que des policiers harcelaient ces femmes.

Allégations inquiétantes et troublantes

Selon un des avocats de la Commission Viens, le policier en question travaille toujours dans une communauté autochtone.

Me Paul Crépeau témoigne devant micro.Me Paul Crépeau témoigne à la Commission Viens à Sept-Îles (archives) Photo : Radio-Canada

Lors d’une audience le mois dernier, le procureur Paul Crépeau a interrogé le chef du service des enquêtes internes et du processus disciplinaire, Bruno Duquette au sujet du processus d’enquête interne de la Sûreté du Québec.

Il y avait 10 plaintes contre ce policier, 4 en 2017, a dit M. Crépeau.

Il semble y avoir un manque de suivi dans le processus disciplinaire.

Paul Crépeau, procureur, Commission Viens

M. Duquette a affirmé que ces incidents sont inquiétants et troublants.

L'agent témoigne au micro.L'agent Duquette témoigne à la Commission Viens à Sept-Îles (archives) Photo : Radio-Canada

Lise Dominique veut savoir ce qu’il adviendra de ce policier, ou des autres qui brisent le code de conduite énoncé dans la Loi sur la police.

Elle croit que la Sûreté du Québec devrait offrir un soutien psychologique au policier et ensuite, le renvoyer.
Si un policier continue d’agir ainsi, je ne comprends pas pourquoi il a toujours son emploi, dit-elle.

Le porte-parole de la Sûreté du Québec, Hugo Fournier, affirme qu’il ne peut pas commenter ce cas en particulier. En entrevue téléphonique, il a affirmé que, lorsqu’une personne porte plainte auprès de l’unité d’enquête interne de la police, le service policier l’informe des développements de l’enquête.

Lise Dominique affirme qu'elle n'a pas été tenue au courant des plaintes qu'elle a déposées au bureau local de la Sûreté du Québec. Elle présume qu'elles n'ont jamais été enregistrées officiellement.

d’après les informations de Catou MacKinnon, de CBC

Côte-Nord

Autochtones