•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le train à grande fréquence, une priorité pour le ministre des Transports du Québec

Un train de passagers de Via Rail.
Un train de passagers de Via Rail (Archives) Photo: Radio-Canada / Marie Maude Pontbriand
Radio-Canada

« Il faut aller de l'avant, il faut réaliser ce projet porteur pour l'économie québécoise », a déclaré le nouveau ministre des Transports du Québec, François Bonnardel, au sujet d'un train à grande fréquence (TGF) entre Montréal et Québec, en passant par Trois-Rivières.

Il qualifie le projet d’« extrêmement porteur économiquement ». Le nouveau ministre des Transports compte tout faire en son pouvoir pour que le projet se concrétise.

François Bonnardel est prêt à travailler avec le gouvernement du Canada et Via Rail pour « mettre le projet le plus rapidement possible sur les rails ».

C’est un bénéfice important pour la province et pour les différentes régions où il y aurait des arrêts, a-t-il déclaré en entrevue à l’émission 360 PM.

Le ministre était de passage à Trois-Rivières dans le cadre du Forum municipal sur le transport ferroviaire où il a fait sa première allocution en tant que ministre des Transports.

Ottawa veut un partenaire privé

Pour que le TGF se concrétise, il faut que le gouvernement canadien accepte de financer le projet.

Le ministre des Transports du Canada, Marc Garneau, qui assistait aussi au Forum sur le transport ferroviaire à Trois-Rivières, a rappelé qu’une étude est en cours.

Il ajoute que la collaboration d’un partenaire privé est essentielle pour ce projet, comme c’est le cas pour le Réseau express métropolitain (REM).

C’est comme dans certains autres projets qu’on entreprend à travers le pays et c’est pour ça qu’on a créé la Banque de l’infrastructure du Canada, qui est train d’examiner s’il y a un intérêt du point de vue du privé, a-t-il précisé.

Homme devant le podium, la main en l'airLe ministre des Transports du Canada, Marc Garneau, de passage à Trois-Rivières dans le cadre du Forum municipal sur le transport ferroviaire Photo : Radio-Canada

De passage à Trois-Rivières, le président et chef de la direction de Via Rail, Yves Desjardins-Siciliano, a déclaré que si le gouvernement canadien donnait le feu vert au projet dans son budget de 2019, les gens de Trois-Rivières ont raison de croire qu’en 2022-2023, ils auront un train ici à Trois-Rivières.

Les municipalités réclament un TGF

L’Union des municipalités du Québec (UMQ) affirme que le train à grand fréquence doit être une priorité pour le gouvernement canadien.

C’est un dossier qui ne doit pas être une promesse électorale de [l’élection fédérale] 2019, mais bien une réalisation du mandat 2015-2019.

Alexandre Cusson, président de l’Union des municipalités du Québec (UMQ)
Alexandre Cusson à l'hôtel Delta de Trois-Rivières devant une bannière du forumLe président de l'Union des municipalités du Québec (UMQ), Alexandre Cusson, au Forum municipal sur le transport ferroviaire, à Trois-Rivières Photo : Radio-Canada

On est en train de finaliser des études, affirme le président de l’UMQ, Alexandre Cusson. Alors, j’ai l’impression qu’on peut avoir des résultats dans les prochains mois et faire en sorte en 2019, il y ait des orientations définitives qui sont prises.

L’UMQ tenait vendredi son premier Forum municipal sur le transport ferroviaire à Trois-Rivières. Il a réuni 150 élus, gestionnaires, ministres et députés. L’objectif était de faire état de la situation du transport ferroviaire au Québec et d’identifier les priorités dans ce domaine, notamment en matière de sécurité.

Mauricie et Centre du Québec

Transports