•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Marche contre le 3e lien : « C'est encore le moment de se rétracter »

Quelques centaines de manifestants, dont le député Sol Zanetti et le directeur général d'Accès transports viables, Etienne Grandmont, ont participé au rassemblement.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Portés par des valeurs environnementales, les organisateurs de la marche contre le troisième lien souhaitent bousculer les mentalités. Les solutions aux problèmes de congestion à Québec passent avant tout par le développement du transport collectif, croit l'organisation.

« Québec est une ville qui rime avec automobiles. On est une des villes qui a le plus d'autoroutes per capita, au Canada », a affirmé l'organisatrice de la marche, Noémie Veilleux, tout juste avant le départ prévu à 13 h 30.

La Coalition régionale, qui regroupe des associations étudiantes de la Capitale-Nationale, estime avoir mobilisé près d'un millier de participants malgré la neige et le temps froid.

« On est très conscients que nous ne sommes pas des urbanistes, pas des professionnels, mais les décideurs devraient prendre les mesures pour évaluer les conséquences que le troisième lien peut avoir », ajoute Mme Veilleux.

Les organisateurs interpellent la Coalition avenir Québec (CAQ) et son chef François Legault, qui a récemment déclaré que le climat serait au coeur de ses priorités.

C'est vraiment le moment que M. Legault se préoccupe de l'environnement, on va voir s'il va le démontrer.

Noémie Veilleux, porte-parole de la Coalition régionale

Le député solidaire de Jean-Lesage, Sol Zanetti, a marché contre le troisième lien samedi. Québec solidaire est fermement opposé au projet.

« Je crois que les gens qui viennent manifester ici avec le début d’hiver, ça montre une mobilisation croissante à Québec contre le troisième lien », a dit M. Zanetti, seul politicien présent à la marche.

Etienne Grandmont, directeur général de l'organisme Accès transports viables, était aussi des participants.

« Un troisième lien pour nous, on croit que c’est un projet qui ne passe pas du tout le test de l’environnement, qui ne passe pas le test de l’économie, qui ne passe pas le test d’une utilisation intelligente et durable de nos ressources », a affirmé M. Grandmont.

Au même moment, une grande marche pour le climat aura lieu du côté de Montréal. Des rendez-vous similaires étaient prévus un peu partout au Québec.

Québec

Environnement