•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des fonctionnaires dans l’incertitude au Centre Asticou

Un homme sort du centre Asticou
Le Centre Asticou est situé sur le boulevard de la Cité-des-jeunes dans le secteur Hull, à Gatineau. Photo: Radio-Canada
Radio-Canada

Des syndicats nationaux s'inquiètent du sort réservé à des fonctionnaires du Centre Asticou lorsque les 1500 élèves de l'École secondaire Mont-Bleu s'y installeront, dans moins d'un mois.

Un texte d’Antoine Trépanier

Le gouvernement fédéral a confirmé dans les derniers jours qu’une trentaine de fonctionnaires, soit 5 % des quelque 600 qui travaillent au Centre Asticou, devront déménager ailleurs dans la région de la capitale nationale dans les prochaines semaines pour faciliter l’accueil des élèves.

Le 21 septembre, l’École secondaire Mont-Bleu, située sur le boulevard de la Cité-des-Jeunes dans le secteur de Hull, a été la proie des flammes dans la foulée des tornades qui ont frappé la région de Gatineau et d'Ottawa. Les élèves de cette école secondaire cohabitent actuellement avec les élèves de l’École secondaire de l’Île, et doivent déménager dans quelques semaines au centre de formation pour les fonctionnaires, situé aussi sur le boulevard de la Cité-des-Jeunes.

Or, à quelques semaines de la rentrée scolaire au centre, des syndicats ignorent toujours qui devra quitter le centre et où ils déménageront. L’Alliance de la Fonction publique du Canada (AFPC), qui représente au moins 250 fonctionnaires du Centre Asticou, dit avoir reçu cette semaine un message du gouvernement fédéral qu’aucun fonctionnaire ne déménagerait. Il s’agit d’une surprise pour le syndicat, puisqu’il croyait bien que c’était une affaire réglée.

Jeudi matin, on a demandé s’il y avait un malentendu ou quelque chose d’autre. C’est raisonnable dans le sens où peut-être ils ont manqué quelque chose et on a reçu des garanties claires que nos membres ne déménagent pas, affirme le vice-président régional de l’AFPC, Greg McGillis.

L'homme est interviewé dans la salle de rédaction de Radio-Canada à Ottawa.Un porte-parole de l'AFPC, Greg McGillis. Photo : Radio-Canada

Vendredi, il apprenait qu’une poignée de fonctionnaires serait effectivement déménagée.

Je pense que c’est très urgent en ce moment de trouver la vérité et de trouver aussi comment ça se déroule. On pensait que c’était bien réglé, mais ce n’est pas clair maintenant.

Greg McGillis, vice-président régional de l’Alliance de la fonction publique du Canada

Vendredi, M. McGillis a confié à Radio-Canada avoir reçu la confirmation du gouvernement qu’environ 5 % des fonctionnaires déménageraient. Il dit ne pas avoir plus de détails.

Le gouvernement fédéral tente de se faire rassurant. Il semblerait que l’employeur et les fonctionnaires discutent des possibilités pour faciliter l’accueil des élèves. Parmi les options, le télétravail pour certains fonctionnaires est évoqué.

C’est une situation qui évolue encore, évidemment, il y a plusieurs instances du gouvernement du Canada là dedans. Souvent, ce travail-là peut être effectué à partir d’autres bureaux de ces mêmes instances et ce sera donc vraiment du cas par cas, affirme le secrétaire parlementaire de la ministre des Services publics et de l’Approvisionnement, Steven MacKinnon. Ce dernier n’a pas précisé où ils seront déplacés. Il semble que ce soit des fonctionnaires de la Cour martiale, ainsi que de l’École de la fonction publique qui devront déménager.

Steven MacKinnon en entrevue sur la colline du Parlement, à l'extérieur, devant la pelouse.Steven MacKinnon est le secrétaire parlementaire de la ministre des Services publics et de l'Approvisionnement du Canada. Photo : Radio-Canada

Je tiens à rassurer tout le monde que le tout va se dérouler dans l’ordre, les meilleurs planificateurs en immobilier du gouvernement sont là-dessus.

Steven MacKinnon, secrétaire parlementaire de la ministre des Travaux publics et de l’Approvisionnement du Canada.

Les gouvernements provincial et fédéral se sont récemment entendus avec la Commission scolaire des Portages-de-l’Outaouais (CSPO) pour que les élèves terminent leur année scolaire à cet endroit. Or, la CSPO annonçait mardi qu’en raison de l’étendue des dommages au bâtiment de l’école, la réintégration de ce bâtiment pour la rentrée scolaire de septembre 2019 est compromise. M. MacKinnon a déclaré que le gouvernement fédéral n’a toujours pas reçu de demande officielle de la CSPO.

Phénix au cœur des inquiétudes

Outre l’Alliance de la fonction publique du Canada, l’Association canadienne des agents financiers, l’Association canadienne des employés professionnels et l’Institut professionnel de la fonction publique (IPFPC) comptent des membres au Centre Asticou. Tous les représentants syndicaux tendent la main aux élèves de l’École secondaire Mont-Bleu et souhaitent que la rentrée se fasse rondement.

Toutefois, l’IPFPC soutient que le manque d’information de l’employeur, en plus des ratés du système de paye Phénix, inquiètent la quarantaine de membres au Centre Asticou.

Rappelons que ce système de paye a créé des maux de tête et de nombreux désagréments à des milliers d’employés de la fonction publique fédérale. Des centaines de fonctionnaires disent ne pas avoir été payés pendant plusieurs mois. D’autres soutiennent que leur paye a été amputée de plusieurs centaines de dollars.

On ne nous a pas encore formellement informés que des membres étaient pour être déménagés ou être changés de lieux de travail, on sait que ça s’en vient, ce n’est pas un gros secret en ce moment, mais on est quand même craintif de l’impact que ça pourrait avoir sur leur paye, sur le changement de lieu de travail, le changement de province, a déclaré le vice-président Stéphane Aubry.

Un homme assis sur une chaise près d’une fenêtreStéphane Aubry, vice-président de l'IPFPC Photo : Radio-Canada

Depuis le début de la semaine, des syndicats communiquent entre eux pour en savoir davantage sur l’état de la situation. Le gouvernement répète que la situation évolue et que les fonctionnaires auront l’heure juste prochainement. Le gouvernement a confirmé que les élèves intégreront le Centre Asticou, le 3 décembre prochain.

Ottawa-Gatineau

Société