•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Trudeau s'envole pour la France, Singapour et la Papouasie-Nouvelle-Guinée

Le premier ministre Trudeau entreprend un long voyage qu'il débutera en France pour souligner la Bataille de Vimy et le 100e anniversaire de la Première Guerre mondiale.
Le premier ministre Justin Trudeau lors des commémorations marquant le 100e anniversaire de la Bataille de Vimy en France, le 9 avril 2017. Photo: The Associated Press / Philippe Huguen

Justin Trudeau s'envole vendredi soir pour un voyage d'une dizaine de jours qui le mènera en France pour le 100e anniversaire de l'Armistice, à Singapour pour le sommet de l'Association des nations de l'Asie du Sud-Est (ANASE) et en Papouasie-Nouvelle-Guinée pour la réunion des dirigeants de la Coopération économique de la zone Asie-Pacifique (APEC).

Un texte de Philippe-Vincent Foisy, correspondant parlementaire à Ottawa et animateur du balado La mêlée politique

Première partie : la France

Le premier ministre s'arrêtera d’abord à Vimy, samedi, pour visiter le cimetière militaire et assister aux célébrations du 100e anniversaire de la fin de la Première Guerre mondiale. La bataille de Vimy est la victoire militaire de cette guerre la plus célébrée au Canada. Plus de 10 500 Canadiens ont été tués ou blessés pendant l’assaut.

« C’est par [le sacrifice des soldats] que le Canada est devenu un signataire indépendant du traité de Versailles. En ce sens, le Canada est né ici », avait affirmé Justin Trudeau l’année dernière, lors de sa visite au Mémorial national du Canada à Vimy.

Quelque 60 000 Canadiens sont morts et 172 000 autres ont été blessés au cours de la Première Guerre mondiale, entre 1914 et 1918.

Dimanche, pour souligner le jour du Souvenir, Justin Trudeau participera à la cérémonie commémorative internationale du centenaire de la fin de la Première Guerre mondiale sur les Champs-Élysées, à Paris.

Il prendra part dans la même journée au premier Forum sur la Paix organisé par le président français Emmanuel Macron. Une soixantaine de chefs d’État et de gouvernement ainsi que des dirigeants d’organisations internationales y participeront.

Justin Trudeau devrait d’ailleurs rencontrer Emmanuel Macron avant de quitter la France pour se rendre à Singapour.

Deuxième partie : le sommet de l'Association des nations de l'Asie du Sud-Est (ANASE)

Justin Trudeau participera pour une deuxième fois à ce sommet. Le ministre du Commerce international, Jim Carr, l'accompagnera pour cette portion du voyage.

« [Le premier ministre] cherchera à approfondir les relations entre le Canada et les pays de l’Association des Nations de l'Asie du Sud-Est et poursuivre le travail en cours dans divers secteurs de collaboration. Il tiendra aussi des rencontres avec des chefs d’entreprise de Singapour pour attirer des investissements au Canada et resserrer les liens économiques dans la région », a indiqué un responsable gouvernemental.

Le gouvernement tente de jouer un rôle plus important au sein de ce regroupement de pays de l’Asie du Sud-Est afin, notamment, de profiter de l’importante croissance économique dans la région.

Justin Trudeau rencontrera en marge du sommet le premier ministre chinois, Li Keqiang. Le commerce, le travail et la lutte contre les changements climatiques devraient faire partie des discussions, selon le gouvernement canadien.

Troisième partie : l'APEC

Finalement, Justin Trudeau se rendra à Port Moresby en Papouasie-Nouvelle-Guinée où il participera au sommet de l’APEC, forum économique qui regroupe les pays de la zone pacifique, dont l’Australie, la Chine, la Russie et les États-Unis.

Selon un responsable gouvernemental, le premier ministre profitera de ce sommet pour renforcer les liens commerciaux avec les pays signataires du Partenariat transpacifique (PTP), cet accord de libre-échange entre 11 pays de cette zone. Justin Trudeau souhaite que les entreprises canadiennes puissent bénéficier du plein potentiel de l’accord qui entrera en vigueur à la fin de cette année, indique-t-on.

Le Canada est l’un des six premiers pays de l’Alliance du Pacifique à ratifier l’accord, qui a survécu au retrait des États-Unis, en janvier 2017.

Politique fédérale

Politique