•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le secteur spatial canadien lance un S.O.S.

Une photo l'astronaute américain Stephen K. Robinson perché au bout du Canadarm2 pour effectuer des travaux sur la Station spatiale internationale.
L'astronaute américain Stephen K. Robinson est perché au bout du Canadarm2 pour effectuer des travaux sur la Station spatiale internationale. Photo: Getty Images / NASA
Radio-Canada

Dans moins d'un mois, David Saint-Jacques deviendra le neuvième astronaute canadien à se rendre dans l'espace. Mais l'effervescence et la fierté entourant cette réalisation masquent une réalité moins enlevante. Au-delà des apparences, le secteur spatial canadien perd sérieusement de l'altitude.

Un texte de Marc Godbout

C’était la nuit. Le Canada venait de réussir un coup de maître en plaçant sur une orbite quasi parfaite son tout premier satellite, Alouette.

À 2 h 6 HNE, le 29 septembre 1962, le Canada devenait ainsi le troisième pays à conquérir l’espace, après les États-Unis et l'Union soviétique.

Plus d’un demi-siècle après le début de l’aventure canadienne et malgré les exploits qui ont suivi, l’inquiétude et la frustration ont gagné l’industrie, le milieu universitaire et même les acteurs du programme spatial.

Le Canada n’a effectué aucun investissement notable dans ce secteur stratégique au cours des 15 dernières années. « Où s’en va-t-on? » est une question qu’on se pose continuellement dans ce milieu.

C’est urgent, c’est vraiment urgent. Et le message doit venir du plus haut niveau et rapidement.

Mary Lucy Stojak, présidente du Conseil consultatif sur l’espace

Mary Lucy Stojak a dirigé des consultations sur l’avenir du Canada dans l’espace, à la demande du gouvernement libéral.

Un ingénieur de MDA, à Sainte-Anne-de-Bellevue au Québec, effectue une vérification sur un des trois satellites RADARSAT constellation qui doivent être lancés bientôt en orbite par le Canada.Un ingénieur de MDA, à Sainte-Anne-de-Bellevue au Québec, effectue une vérification sur un des trois satellites RADARSAT constellation qui doivent être lancés bientôt en orbite par le Canada. Photo : Radio-Canada / Marc Godbout

Dans un document produit l’an dernier, son groupe presse Ottawa d’agir. « Il faut inverser le déclin de la capacité spatiale canadienne avant qu’il ne soit trop tard », prévient la spécialiste en droit de l’espace.

Les signaux d’alarme ne datent pourtant pas d’hier. D’autres rapports commandés par les gouvernements précédents en arrivent au même constat.

Alors qu’il faisait autrefois figure de puissance mondiale dans le domaine spatial, le Canada perd maintenant du terrain par rapport à ses concurrents dans presque tous les aspects mesurables.

Extrait du rapport du Groupe de travail sur l’espace, septembre 2012

Une tendance se dégage : tandis que les pays concurrents augmentent leurs dépenses dans le domaine spatial, le Canada réduit les siennes.


Ottawa avait promis une stratégie

Pour un gouvernement qui compte le tout premier astronaute canadien au sein de son cabinet et qui en a nommé une dans la fonction de gouverneure générale, plusieurs se seraient attendus à plus.

Dans ce contexte, l’attente d’un vrai signal est encore plus douloureuse. Voilà près de 25 ans que le gouvernement fédéral n’a pas mis à jour sa politique dans ce domaine. Or, les principales nations spatiales ont, pour la plupart, revu leur stratégie dans la dernière décennie.

« L’Australie, qui avait même démantelé son agence spatiale dans les années 90, l’a depuis recréée », souligne Marc Boucher du magazine SpaceQ. Elle a maintenant de grandes ambitions avec un plan énergique, tout comme plusieurs autres pays, dont la Grande-Bretagne et l’Inde.

L’Inde nous a déjà dépassés et, si rien ne change au Canada, l’Australie pourrait y arriver bientôt.

Marc Boucher, SpaceQ

Le gouvernement libéral a pourtant bel et bien promis une stratégie spatiale. Son ministre de l’Innovation et des Sciences, Navdeep Bains, avait même annoncé à l’automne 2016 que le document serait publié en juin 2017. Elle se fait pourtant toujours attendre.

Le nombre de pays qui investissent dans un programme spatial a bondi depuis les années 90. Le Canada doit composer avec ce portrait changeant.

Une photo montre une foule qui observe une fusée décollée à proximité de la station spatiale de Sriharikota en Inde.Une foule observe une fusée décoller à proximité de la station spatiale de Sriharikota en Inde. Photo : Getty Images / ARUN SANKAR

Pas plus tard qu’à la mi-octobre, le ministre Marc Garneau s’adressait à l’industrie et à des experts dans un hôtel d’Ottawa. Son discours s’intitulait justement : « L’importance de l’espace pour le Canada ».

Le ministre tenait à rappeler que le secteur spatial au pays emploie près de 10 000 personnes et qu'il a généré des revenus de 5,5 milliards de dollars en 2016. Ce domaine investit huit fois plus en recherche et développement que le secteur manufacturier.

« C’est autant notre économie que le développement des sciences et technologies qui en bénéficient », soutenait celui qui a participé à trois missions de la NASA.

Mais les grands principes soulevés n’étaient pas accompagnés d’annonces longuement attendues.

Il est vrai que son gouvernement a investi plus de 550 millions depuis 2016, mais la majorité de cet argent sert à prolonger la participation du Canada dans des programmes déjà existants.

Le président de MacDonald, Dettwiler and Associates (MDA), Mike Greenley, n’hésite plus à exprimer sa frustration. « En dollars constants, les dépenses représentent la moitié de ce qu’elles étaient il y a dix ans et l’érosion se poursuit. »

MDA a notamment conçu le célèbre Canadarm pour le compte de l’Agence spatiale canadienne, permettant au Canada de devenir la référence en matière de bras robotiques spatiaux.

Une photo montre le Dr Garnette Sutherland de l'Université de Calgary qui retire une tumeur au cerveau à l'aide du neuroArm. Une technologie développée grâce au bras canadien. L'intervention neurochirurgicale robotisée permet de faciliter les chirurgies difficiles.Le Dr Garnette Sutherland de l'Université de Calgary retire une tumeur au cerveau à l'aide du neuroArm. Une technologie développée grâce au bras canadien. Photo : Calvin Sun

Depuis, le bras canadien a contribué à révolutionner la neurochirurgie et à mieux détecter les tumeurs chez les femmes atteintes du cancer du sein. Ce ne sont que deux exemples de progrès technologiques importants d’une très longue liste, que le domaine spatial canadien a permis de réaliser.

Nous avons besoin d’une vision qui inclut des projets phares et un financement à long terme. Sinon, nous miserons sur des pays où il y a une ambition et des budgets.

Mike Greenley, président de MDA

La crainte du vide

Après David Saint-Jacques qui s'envolera pour la Station spatiale internationale, l’Agence spatiale canadienne aura aussi de quoi se féliciter dans les prochaines semaines : le Canada lancera trois satellites d’observation en février.

Le projet Constellation RADARSAT qui a coûté plus d’un milliard de dollars est le plus important programme du secteur spatial canadien de la dernière décennie. Les satellites permettront une meilleure surveillance maritime et des changements climatiques.

Mais après, c’est le néant.

Il n’y a pas de projet majeur dans le pipeline et des opportunités ont été perdues.

Mary Lucy Stojak, présidente du Conseil consultatif sur l’espace

Faute de financement, l’Agence spatiale canadienne a même dû abandonner dernièrement sa participation à un projet clé de la NASA, celui du télescope WFIRST.

Le Canada devait fournir un instrument qui aurait joué un rôle central dans cette mission. La décision a jeté un froid dans la communauté scientifique. « On a perdu du talent, de la main-d’oeuvre, on perd des gens aux profits des États-Unis et de l’Europe », déplore Mary Lucy Stojak.

Une photo montre le président américain Donald Trump lors de la signature d'une directive demandant à la NASA de renvoyer des hommes sur la Lune. Pour les Américains, le projet Lunar Gateway est devenu prioritaire.Le président américain Donald Trump après la signature, le 11 décembre 2017, d'une directive demandant à la NASA de renvoyer des hommes sur la Lune. Pour les Américains, le projet Lunar Gateway est devenu prioritaire. Photo : Getty Images / Chip Somodevilla

Le réengagement du gouvernement fédéral dans le secteur spatial est d’autant plus pressant que le Canada tarde à décider s’il participera ou non au prochain grand projet d’exploration de la communauté spatiale internationale.

Le Lunar Gateway (passerelle lunaire) est le nom de la station que la NASA veut placer en orbite autour de la Lune. Le programme repose sur les partenaires actuels de la Station spatiale internationale, dont l’agence canadienne fait partie. Cette future base avancée est destinée à faciliter l’exploration lunaire et à mener des expériences scientifiques.

C’est une question de crédibilité. Si nous n’offrons pas une réponse bientôt aux Américains, nous allons être laissés de côté.

Marc Boucher, SpaceQ

Le gouvernement fait une nouvelle fois appel à la patience de l’industrie. Cette patience devra être récompensée par une vision claire et convaincante, sans quoi le gouvernement qui se targue de miser sur l’innovation et la science risque de perdre de la crédibilité non seulement auprès de ses partenaires étrangers, mais ici même, sur Terre, au Canada.

Industrie aérospatiale

Économie