•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

« La science au cœur des décisions politiques », dit Champagne à Legault

Le metteur en scène Dominic Champagne a rencontré le premier ministre Legault, vendredi.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

François Legault s'est engagé à faire une « bonne utilisation des surplus énergétiques », selon le metteur en scène Dominic Champagne, qui l'a rencontré pour lui demander de s'engager à réduire les émissions de gaz à effet de serre de la province.

Appuyé par des centaines d’artistes et de scientifiques, M. Champagne a lancé le Pacte pour la Transition, jeudi, un mouvement citoyen qui invite les Québécois à s’engager pour deux ans à poser des gestes concrets pour contrer les changements climatiques.

Ce que j’entends aujourd’hui, c’est la volonté du premier ministre d’être l’homme de son époque.

Dominic Champagne

L’instigateur du pacte est toutefois demeuré vague quant aux engagements concrets du premier ministre. « Je pense qu’il est très sensible, dans l’ensemble, au message qui est envoyé », a-t-il dit.

« On a convenu de mettre la science au cœur des décisions politiques », a poursuivi le metteur en scène, qui souhaite que des scientifiques du gouvernement rencontrent ceux qui ont rédigé le Pacte pour la transition.

« On a besoin au Québec de se donner des mesures, pas des mesures incitatives, mais des lois [appuyées par des] chèques signés par le Conseil du Trésor, pour aller dans le sens de la transition », a ajouté M. Champagne.

Il a invité les Québécois à continuer de signer le Pacte, qui a récolté plus de 120 000 signatures en 48 heures, afin d’exercer une pression sur le gouvernement.

Dominic Champagne a rappelé l’urgence d’agir en citant les rapports alarmants du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC) : « On est les contemporains de l’effondrement de la vie sur Terre. »

M. Champagne attend maintenant le discours d’ouverture de la rentrée parlementaire, où M.Legault doit annoncer les priorités de son gouvernement.

« On va le prendre au mot et l’histoire le jugera », a-t-il conclu.

Grande marche pour le climat samedi

Les citoyens qui s’inquiètent du sort de la planète pourront le faire savoir samedi lors de la marche pour le climat qui se tiendra à Montréal et dans plusieurs autres villes du Québec.

Cette marche est une initiative de La Planète s'invite au Parlement, un collectif citoyen qui milite pour les questions environnementales. À Montréal, elle partira à 14 h de la place des Festivals et se rendra jusqu'à la place du Canada.

En plus de personnalités du milieu culturel, la classe politique doit se joindre aux citoyens.

La ministre de l'Environnement, MarieChantal Chassé, la ministre déléguée aux Transports, Chantal Rouleau, et le président du Conseil du Trésor, Christian Dubé, seront de la partie, ainsi que huit députés libéraux, le député péquiste de Jonquière, Sylvain Gaudreault, et des élus de Québec solidaire.

Le PQ demande d’ailleurs au gouvernement Legault de s’engager formellement dans la lutte contre les changements climatiques en faisant adopter une loi anti-déficit climatique d'ici au prochain jour de la Terre, le 22 avril 2019. Faute de quoi, le PQ s'engage lui-même à déposer son propre projet de loi en ce sens.

Les péquistes espèrent que la loi officialise les objectifs de réduction des gaz à effet de serre auxquels adhère le Québec et mette en place une mécanique pour les atteindre, avec une entité indépendante pour mesurer les résultats.

Elle devrait aussi forcer le gouvernement à prendre en compte les divers impacts de toutes ses décisions sur la lutte contre les changements climatiques.

Avec les informations de La Presse canadienne

Politique provinciale

Politique