•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • Archives
  • Le trait prolongé de Radio-Canada

    Miville Couture, lors d'un enregistrement du radioroman La Pension Velder, en 1940. Photo: Radio-Canada / Henri Paul
    Radio-Canada

    À l'approche de la nouvelle année, rendons hommage à la doyenne des émissions de la Société Radio-Canada. C'est la plus ancienne émission de la radio, la plus brève aussi. Inscrite au menu quotidien de la grille horaire, elle a été diffusée sans interruption sur les réseaux français et anglais jusqu'à aujourd'hui. Il s'agit du signal horaire officiel du Canada!

    Le signal horaire entre pour la première fois en ondes le 5 novembre 1939.

    Cette bien courte émission de service ne se distingue certainement pas par son originalité ou par la variété de sa programmation.

    Le modeste trait prolongé a toutefois été d’une grande utilité au fil du temps, et sa cote d’écoute aurait fait bien des jaloux.

    Radio-Canada : l’élan d’un quart de siècle, 3 novembre 1961

    Dans les années 40, le signal horaire était diffusé à 13 h et non à midi comme aujourd’hui.

    Comme le montre cet extrait de l’émission anniversaire Radio-Canada : l’élan d’un quart de siècle, son annonce suivait la populaire émission Le Réveil rural. On y voit l’annonceur Miville Couture marquer l’heure avant de passer au Radiojournal.

    Attendu chaque jour, le signal horaire permet alors aux Canadiens d’ajuster leurs montres et horloges. Son utilisation touche de nombreux domaines. Transports, télécommunications, séismologie, le signal horaire est la référence dans les gares, les aéroports ou même pour régler les sirènes d’usine.

    Et d’où vient l’heure précise de ce signal horaire officiel du Canada? Du Conseil national de recherches du Canada (CNRC), anciennement nommé Observatoire du Canada.

    Carrefour, 28 novembre 1956

    Ce reportage de l’émission Carrefour du 28 novembre 1956 expose le fonctionnement de l’horloge de l’observatoire fédéral responsable du signal horaire.

    Sur place, monsieur Boucher explique au journaliste Wilfrid Lemoine le double contrôle de l’heure exacte, déterminée par l’observation astronomique des étoiles.

    Cinq horloges au cristal gardent cette heure réglée scientifiquement pour la transmettre aux partenaires de l’Observatoire du Canada, dont Radio-Canada.

    « Nous avons l’étalon le plus sûr pour le réglage et la transmission de l’heure exacte », assure-t-il.

    Téléjournal 18h, 31 décembre 2010

    De nos jours, l'heure scientifique précise du CNRC est déterminée par des horloges atomiques.

    C’est ce que nous apprend ce reportage de Daniel Thibault diffusé au Téléjournal 18 h du 31 décembre 2010.

    Le CNRC possède une quinzaine d’horloges atomiques. C’est la moyenne de leurs performances qui permet d’établir l’heure officielle.

    Louis Marmet, chef de programme au CNRC, travaille à ce moment sur une nouvelle génération d’horloge atomique. L’horloge à fontaine atomique afficherait une heure dix fois plus précise que son ancêtre.

    « On préfère n’envoyer aucun signal plutôt que d’envoyer le mauvais temps », affirme le gardien du temps canadien.

    Ce partage de l’heure exacte demeure effectivement crucial dans de nombreux domaines.

    Pour ce qui est de sa transmission à la radio, elle relève sans doute davantage de la tradition.

    Récemment, la direction de Radio-Canada a brièvement considéré retirer le signal horaire en raison de l'accessibilité de la programmation de la radio à tout moment sur les plateformes numériques.

    Qu'il soit retiré ou non de la grille de programmation, le record de longévité du signal horaire à Radio-Canada demeurera difficile à battre…

    Encore plus de nos archives

    Archives

    Science