•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La famille du garçon kidnappé par Randall Hopley n’a pas été avertie de sa sortie de prison

Un homme accompagné d'un agent en uniforme.

Randall Hopley au palais de justice de Cranbrook en 2011

Photo : La Presse canadienne / Bill Graveland

Radio-Canada

Le père du garçon enlevé en 2011 par Randall Hopley a été choqué d'apprendre que le ravisseur de son fils, qui présente un risque élevé de récidive, a terminé de purger sa peine et vit maintenant à Vancouver. Il indique que sa famille n'a pas été avertie lorsqu'il est sorti de prison.

Il y a sept ans, Randall Hopley était entré dans une maison de Sparwood, dans le sud-est de la Colombie-Britannique, et avait kidnappé le garçon, alors âgé de 3 ans. Il avait finalement ramené l’enfant à ses parents quatre jours plus tard.

Le coupable a été condamné à six ans de prison pour enlèvement et à un an pour entrée par effraction.

Jeudi, le Service de police de Vancouver a lancé un avertissement selon lequel Randall Hopley vivait maintenant dans la ville et qu’il représentait toujours un risque pour les jeunes garçons.

Le père de la victime affirme qu’il est inquiet de savoir que Randall Hopley a été libéré, mais assure que son fils, qui a maintenant 10 ans, se porte bien.

Un délinquant à contrôler

Lors du prononcé de la peine, Randall Hopley avait été déclaré délinquant à contrôler par le juge.

La Commission des libérations conditionnelles du Canada a déclaré jeudi qu’il présentait toujours un risque de récidive élevé.

L'établissement fédéral indique que Randall Hopley fait l’objet d’une ordonnance de surveillance d’une durée de 10 ans afin de limiter les risques et de s’assurer qu’il respecte ses conditions de libération, soit un couvre-feu et l'interdiction de se trouver en présence d’un enfant de moins de 16 ans.

Randall Hopley vivra dans une maison de transition, selon la police de Vancouver, qui n’a pas précisé à quel endroit celle-ci se trouve.

Avant l’enlèvement, Randall Hopley avait déjà été reconnu coupable d’agression sexuelle sur des enfants, alors qu’il vivait dans un foyer d’accueil.

Avec les informations de La Presse canadienne

Colombie-Britannique et Yukon

Justice et faits divers