•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une campagne contre le vol de camions de marchandises

Photo d'un camionneur portant une chemise et une casquette bleues devant des poids lourds stationnés.

La campagne de la police incite les camionneurs à rapporter tout vol de cargaison.

Photo : Police régionale de Peel

Radio-Canada

Le nombre de vols de marchandises qui transitent par la route a augmenté en Ontario, à tel point que la Police régionale de Peel, en banlieue de Toronto, souhaite sensibiliser les camionneurs au problème, en collaboration avec le Bureau d'assurance du Canada et le Canadien National.

Un texte de Jean-Philippe Nadeau

Les autorités de Peel reconnaissent que la région est une plaque tournante importante des activités illégales associées au vol des marchandises; elles aimeraient bien d'ailleurs se passer de cette réputation.

La région est effectivement névralgique, puisqu'elle abrite l'aéroport Pearson pour le fret aérien et que la majorité du cargo transite par l'autoroute 401 entre l'Ontario et le Michigan.

La Police régionale de Peel soutient que la marchandise volée est généralement revendue illégalement pour financer le crime organisé au pays comme à l'étranger. Le problème touche les commerçants, les détaillants et les consommateurs.

Selon l'Association des camionneurs de l'Ontario, les produits dérobés vont des biens électroniques jusqu'aux boîtes de nourriture et certaines marchandises sont bradées dans des marchés aux puces ou des foires commerciales.

La valeur totale de la marchandise perdue s'élève à 5 milliards de dollars par année, selon le chef adjoint de la Police régionale de Peel, Marc Andrews. En 2016, 34 personnes ont été arrêtées dans la région de Peel relativement au vol de cargaisons de camion et plus de 200 accusations ont été déposées cette année-là relativement à ce genre de crime.

On voit le chef-adjoint de la Police régionale de Peel, Marc Andrews, en conférence de presse à Mississauga.

Le chef-adjoint de la Police régionale de Peel, Marc Andrews.

Photo : Radio-Canada / Jean-Philippe Nadeau

L'Association des camionneurs de l'Ontario dit que les malfaiteurs sont très bien organisés. Son responsable des politiques et règlements, Lak Shoan, affirme qu'ils utilisent toute sorte de subterfuges pour tromper les expéditeurs et les transporteurs. « Beaucoup d'expéditeurs font appel à des courtiers en transport, mais il arrive que des fraudeurs se fassent passer pour ces intermédiaires sans être inquiétés au sujet de leur identité. D'autres utilisent parfois des camions de transport banalisés ou dont le nom est fictif. »

Les intervenants affirment qu'il est toutefois impossible de déterminer le nombre de vols commis annuellement, étant donné que certaines entreprises ne les rapportent pas aux autorités, car elles s'inquiètent pour leur réputation auprès de leurs clients. Elles craignent aussi et surtout de voir le coût de leurs assurances augmenter, selon le Bureau d'assurance du Canada.

Des dépliants multilingues

La police distribuera deux dépliants en quatre langues (anglais, hindi, ourdou et punjabi, soit les langues les plus parlées par les routiers dans la région de Peel) pour sensibiliser les camionneurs au problème et leur indiquer la marche à suivre si on vole leur cargaison. Elle offre par exemple de les aider à sécuriser les aires d'entreposage et à remplir leurs listes de vérification lors des inspections de routine.

Des brochures avec la photo d'un camionneur et un titre dans différentes langues,

Les dépliants sont offerts en quatre langues.

Photo : Radio-Canada / Jean-Philippe Nadeau

Le Bureau d'assurance du Canada n'est pas en reste. Il a lui aussi resserré les contrôles. En 2016, le nombre de camions qui ont fait l'objet de fouilles du BAC a augmenté de 15 à 69 véhicules dans la région de Peel.

Le BAC ajoute par ailleurs que la valeur des cargaisons volées augmente aussi d'année en année. Par exemple, les marchandises qui ont été récupérées en 2014 représentaient 2,7 millions de dollars contre 25 millions de dollars en 2016.

Le groupe Échec au crime participe aussi à cette campagne de sensibilisation. Il invite les Canadiens à dénoncer dans l'anonymat toute activité suspecte dans leur entourage pour aider les policiers dans leur travail.

Toronto

Vol