•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Levée du moratoire sur le gaz de schiste : les gens de Sussex divisés

Tuyauterie et valves sortant du sol dans une zone clôturée
Des puits de gaz naturel de l'entreprise Corridor Resources à Penobsquis, dans la région de Sussex, au Nouveau-Brunswick Photo: Radio-Canada / Michel Nogue

Le nouveau gouvernement progressiste-conservateur à Fredericton a évoqué la levée du moratoire sur le gaz de schiste qui est en place depuis 2014. Mais dans la région de Sussex, où il y a déjà des dizaines de puits de gaz naturel, les gens sont divisés sur la question.

Leur député, le conservateur Bruce Northrup, a déclaré récemment que le moratoire sur la fracturation hydraulique pourrait être levé d’ici Noël dans les régions où la population est ouverte à l’idée. C’est le cas de sa région, selon lui.

Les gens de Sussex et de la localité voisine de Penobsquis sont habitués à l’extraction de gaz naturel des sols de la région. Quelques dizaines de puits ont été creusés par l’entreprise Corridor Resources avant le moratoire.

Or, les gens rencontrés sont divisés sur la question de la levée du moratoire, contrairement à ce qu’a affirmé le député Northrup.

Beth Nixon, par exemple, a des puits sur sa propriété depuis 2004. Elle perçoit des droits de 7000 $ par année pour l’utilisation de sa terre, mais elle s’en passerait aisément, dit-elle. Elle préférerait ne plus avoir ces puits sur sa propriété.

Ils sont une source constante d’inquiétude. J’ai songé à quitter la communauté à cause de ces puits et je me demande encore régulièrement si je devrais rester ou partir.

Beth Nixon, résidente de Penobsquis, en entrevue.Beth Nixon, résidente de Penobsquis, est contre la fracturation hydraulique, même si elle a déjà des puits de gaz naturel sur sa propriété. Photo : CBC/Tori Weldon

Mme Nixon se considère comme une environnementaliste. Elle se demande qui le député Northrup a consulté avant d’affirmer que la levée du moratoire bénéficiait d’un fort appui dans la région.

[...] Il n’y a pas d’acceptabilité sociale ici, soutient-elle. Il semble être allé voir quelques entrepreneurs et avoir conclu qu’il pouvait aller de l’avant avec ça à Penobsquis.

Beth Nixon, résidente de Penobsquis qui a des puits de gaz naturel sur son terrain

La Chambre de commerce reste neutre

La Chambre de commerce de Sussex reste officiellement neutre sur la question, selon son PDG, Paul Bedford. Mais certains de ses membres ont des opinions bien tranchées : certains sont en faveur de la fracturation hydraulique, d’autres non.

Un fermier de la région de Sussex, Stephen Moffet, qui vit non loin de Beth Nixon, estime que l’opposition au gaz de schiste est exagérée.

En réalité, ça se passe depuis quelque chose comme 20 ans (la fracturation) et ça se passe bien. [...] Il est temps de laisser ces gens travailler!

Stephen Moffet, fermier favorable à la fracturation hydraulique
Le fermier Stephen Moffet en entrevue sur sa terre.Le fermier Stephen Moffet estime que la fracturation hydraulique peut être sûre si elle est bien encadrée. Photo : Radio-Canada / Pierre Fournier

Stephen Moffet a lui aussi des puits de Corridor Resources sur ses terres. L’expérience a été positive, selon lui. « Ils nous ont bien traités; nos rapports ont été excellents. »

Il croit que la majorité des résidents de Sussex se diraient favorables à la fracturation hydraulique si on leur demandait de s’exprimer.

Un encadrement étroit de la fracturation devrait suffire, à son avis, à rassurer les gens qui ont exprimé des craintes concernant, par exemple, la contamination possible de nappes d’eau souterraines.

Corridor Resources refuse de commenter pour l'instant la possible levée du moratoire.

Avec les informations de Tori Weldon, de CBC

Nouveau-Brunswick

Environnement