•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Fin du procès de Serge Carré pour crimes sexuels aux Bergeronnes

Serge Carré de profil dans un couloir du palais de justice de Forestville.
L'ancien enseignant Serge Carré. Photo: Radio-Canada / Marc-Antoine Mageau

Le procès de Serge Carré, un ancien enseignant de la polyvalente des Berges, aux Bergeronnes, a pris fin vendredi au palais de justice de Forestville, après les plaidoiries des deux parties.

D'après le reportage de Jean-Louis Bordeleau

L'ancien enseignant de 59 ans est visé par six chefs d'accusation pour des crimes de nature sexuelle envers une personne de moins de 14 ans.

La plaignante, Nadia Gagnon, a d'abord raconté comment Serge Carré, alors qu'il était son entraîneur de volleyball, aurait graduellement gagné sa confiance.

Elle aurait été d'abord flattée de l'attention de son entraîneur, qui aurait eu des gestes déplacés à son endroit tout au long de son parcours secondaire, allant graduellement de la simple caresse à la relation sexuelle complète.

Dans son témoignage, Serge Carré n'a pas nié les gestes présentés par Nadia Gagnon. Il a par contre plaidé que les gestes de nature sexuelle n'auraient débuté qu'en troisième secondaire, alors que la plaignante avait au moins 14 ans.

Il allègue aussi que la plaignante se trompe sur le moment de la journée et l'endroit dans l'école où se sont déroulés les contacts intimes.

Présenté en preuve, un appel téléphonique enregistré l'an dernier à l'insu de l'accusé a toutefois fourni de nombreux arguments au procureur de la Couronne.

Durant cette conversation d'une cinquantaine de minutes, on peut entendre Serge Carré avouer des détails qui corroborent le témoignage de la plaignante et qui du même coup contredisent la version de l'accusé.

La plaignante a demandé l'autorisation de publier son nom afin d'encourager d'autres victimes potentielles à porter plainte.

Le verdict sera rendu le 28 janvier prochain.

Côte-Nord

Procès et poursuites