•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un ex-agent officiel du ministre Duclos prend le chemin de la prison

L'homme de 56 ans porte des lunette.
Denis Laverdière dans les couloirs du palais de justice de Québec. Photo: Radio-Canada / Yannick Bergeron

Un comptable qui a agi à titre d'agent officiel du ministre Jean-Yves Duclos lors de sa campagne électorale est condamné à 15 mois de prison.

Un texte de Yannick Bergeron

Denis Laverdière a profité de sa fonction pour soutirer 19 000 $ dans un compte de banque ouvert à l'occasion des élections fédérales de 2015.

Laverdière avait supplié le juge de lui imposer une peine dans la collectivité, expliquant avoir dû faire des retraits pour rembourser une dette à des gens peu recommandables qui voulaient s'en prendre à lui.

Le juge Christian Boulet a rejeté cette prétention, disant qu'il aurait mieux fait d'aller voir la police.

Le magistrat a retenu à titre de facteur aggravant l'abus de confiance du comptable de 56 ans envers le candidat Duclos, mais aussi envers les donateurs du Parti libéral.

Les deniers dérobés provenaient de donateurs exerçant leur droit démocratique de contribuer à l'élection d'un candidat, en faisant confiance au processus électoral et aux gens qui y oeuvrent.

Le juge Christian Boulet

Perte de confiance

Le magistrat ajoute que de tels comportements sont de nature à miner la confiance de la population envers les institutions publiques.

Il impose donc une peine de prison ferme de 15 mois, alors que la poursuite avait réclamé une peine de 3 ans.

Denis Laverdière avait déjà purgé une peine de 2 ans moins 1 jour dans les années 90 pour une fraude de 172 000 $.

Un jugement des petites créances lui impose de rembourser 15 000 $ sur les 19 000 $ subtilisés à la caisse électorale de Jean-Yves Duclos.

Dans son jugement à la cour criminelle, le juge Boulet lui ordonne de rembourser les 4000 $ manquant, d'ici deux ans.

Denis Laverdière sera soumis à une probation de deux ans à sa sortie de prison.

Québec

Procès et poursuites