•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les robots prêts à envahir le téléjournal en Chine

Un homme robot, vêtu d'une veste grise et portant des lunettes, lit les nouvelles en anglais.
En Chine, deux robots font désormais partie de l'équipe des présentateurs de nouvelles. Photo: AFP/Getty Images / NICOLAS ASFOURI
Agence France-Presse

Les présentateurs de la télévision chinoise sont parfois brocardés pour leur façon de lire comme des robots les communiqués du régime communiste. Voilà qu'ils sont confrontés à la concurrence d'images robotisées plus vraies que nature.

Évoquant une première mondiale, l'agence Chine nouvelle, dont le nom chinois est Xinhua, a présenté cette semaine deux présentateurs virtuels de journaux télévisés, surfant sur les efforts faits par Pékin pour encourager les technologies d'intelligence artificielle.

L'un en costume sombre, cravate rouge, l'autre en veste et cravate grises, les deux présentateurs numérisés débitent à l'écran le texte entré dans leur système en remuant les lèvres au rythme des nouvelles. L'un parle chinois, et l'autre, anglais.

« C'est mon tout premier jour à l'agence Chine nouvelle », dit l'un des robots, dont l'image est basée sur l'apparence réelle d'un jeune présentateur chinois en chair et en os, lunettes comprises.

D'après l'agence de presse officielle, qui dispose de son propre service de télévision, les deux robots ont été mis au point en collaboration avec Sogou, une entreprise pékinoise spécialiste de la reconnaissance vocale.

Le présentateur numérique présente l'avantage sur les autres journalistes de pouvoir travailler 24 heures sur 24, a souligné Chine nouvelle. Il est désormais officiellement membre de la rédaction de Chine nouvelle. Il travaillera avec les autres présentateurs pour vous apporter des informations précises et vérifiées en temps et en heure. »

Les deux personnages présentés à la Conférence mondiale de l'Internet, une manifestation organisée chaque année par le gouvernement chinois à Wuzhen, non loin de Shanghai, ont déjà fait leur apparition sur des produits mis en ligne par Chine nouvelle, mais ce que compte en faire l'agence n'est pas encore très clair.

Ils ne relèvent pas à proprement parler de l'intelligence artificielle : ils récitent le texte qui leur est transmis, à la différence de machines capables de réfléchir, de prendre des décisions et d'agir de leur propre chef.

La Chine a élaboré un plan pour devenir un chef de file mondial en intelligence artificielle et autres technologies. Ce plan a toutefois été mis en veilleuse ces derniers mois, à la suite des accusations du président américain, Donald Trump, selon lesquelles ces innovations seraient pillées aux États-Unis.

Robotique

Techno