•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le commissaire aux langues officielles enquête sur des messages d'alerte uniquement en anglais

Raymond Théberge lors d'une rencontre sur le comité sur les langues officielles.
Le commissaire aux langues officielles, Raymond Théberge (archives) Photo: La Presse canadienne / Fred Chartrand
Radio-Canada

Le Commissariat aux langues officielles a lancé une enquête après avoir reçu plusieurs plaintes relativement à des messages d'alerte uniquement en anglais. Il s'agit de messages envoyés sur les téléphones intelligents et qui apparaissent à la télévision quand il y a une situation extrême comme une tornade, une attaque terroriste ou encore un feu de forêt.

Dans une lettre datée du 26 septembre dernier, adressée au commissaire aux langues officielles, Raymond Théberge, le sénateur conservateur Claude Carignan souligne que l'alerte de la tornade survenue le 21 septembre à Gatineau et à Ottawa a été diffusée uniquement en anglais, ce qui est totalement inacceptable.

À ce chapitre, il cite le message d'un résident de Montréal, Christian Giraldeau, qui lui demande des renseignements sur les démarches du sénateur pour corriger la situation et en informer les responsables.

M. Giraldeau souligne dans son message qu'entre 18 h 20 et 18 h 40, Environnement Canada a émis des alertes météo sur les ondes télé [de Radio-Canada] en anglais uniquement.

Monsieur le commissaire, lorsque les deux langues officielles de notre pays ne sont pas traitées de façon égale par les institutions fédérales, vous en conviendrez, c'est inacceptable, mais lorsque les accrocs au respect des deux langues officielles mettent en péril la sécurité de nos populations, c'est carrément irresponsable.

Le sénateur Claude Carignan
Un homme en costume devant des drapeaux du Canada.Le sénateur conservateur Claude Carignan (archives) Photo : La Presse canadienne

En entrevue à RDI, le sénateur a donné les raisons pour lesquelles il avait envoyé cette plainte. Il dit avoir lui-même entendu ce message en anglais alors qu'il écoutait la radio en français, le 21 septembre dernier.

Déjà, le message fait peur, c’est une alerte, donc ça crée une certaine inquiétude, donc je me mets dans la peau de la personne qui ne comprend pas la langue. Elle sait qu’il y a une situation d’urgence, mais elle ne comprend pas la situation d’urgence, donc elle ne peut pas nécessairement se mettre à l’abri, a-t-il détaillé.

Le Commissariat aux langues officielles a mentionné qu’une enquête sur le système national d’alertes au public est en cours. Le Commissariat se penche présentement sur 42 plaintes au total, dont 6 reçues en septembre au sujet des alertes lancées à propos des tornades. Les 36 autres plaintes visent les tests d’alertes envoyées par le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes et Sécurité publique Canada le 9 mai 2018.

Par ailleurs, la Fédération des communautés francophones et acadienne (FCFA) a aussi envoyé une lettre au ministre de la Sécurité publique, Ralph Goodale, à ce sujet.

Je trouve ça vraiment triste, encore une fois, qu’on soit obligé d’expliquer aux agences du gouvernement fédéral l’obligation [d’offrir des services en français], a affirmé le président de la FCFA, Jean Johnson.

En cas d’urgence, il faut faire absolument tous les efforts pour s’assurer qu’on communique bien avec la personne qui reçoit le message. Alors de l’envoyer uniquement en anglais, pour moi, c’est une erreur fondamentale.

Jean Johnson, président, Fédération des communautés francophones et acadienne

Avec les informations de Julie-Anne Lapointe

Ottawa-Gatineau

Accidents et catastrophes