•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La détresse et l’enchantement : à la recherche de soi

Marie-Thérèse Fortin est debout près d'une chaise sur scène.
La pièce « La détresse et l'enchantement » est présentée au Trident jusqu'au 1er décembre. Photo: © stéphane bourgeois / Stéphane Bourgeois

Marie-Thérèse Fortin incarne magnifiquement l'écrivaine Gabrielle Roy dans la pièce La détresse et l'enchantement.

Un texte d’Anne-Josée Cameron

Publié un an après la mort de son auteure, le livre La détresse et l’enchantement relate la vie de Gabrielle Roy.

De son enfance au Manitoba, en passant par la mort de son père, son métier d’institutrice et ses années en Europe, l’écrivaine retrace ces moments d’enchantement et de détresse qui ont marqués son existence.

Seule sur scène, Marie-Thérese Fortin interprète avec conviction et sensibilité l’auteure de Bonheur d’occasion.

Elle est assise et pointe l'horizon de l'index droit.Marie-Thérèse Fortin Photo : © stéphane bourgeois / Stéphane Bourgeois

Dirigée par Olivier Kemeid, la comédienne incarne tous les âges de Gabrielle Roy, ainsi que tous les personnages, parisiens et londoniens, avec beaucoup de talent.

La scénographie, simple et épurée, est d’une grande beauté.

Seule au bord des flots, sur une grève déserte, Marie-Thérèse Fortin évolue dans un environnement à l’image de la vie de l’écrivaine canadienne-française.

Si la pièce est un plaisir, les coupes effectuées par le Duo Fortin/Kemeid arrivent parfois trop brusquement et laissent le spectateur un peu décontenancé.

Présentée jusqu’au 1er décembre au Théâtre du Trident, La détresse et l’enchantement offre un superbe écrin au talent de Marie-Thèrèse Fortin.

Québec

Théâtre