•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

William Auclair : d'une usine jusqu'à l'équipe canadienne de bobsleigh

William Auclair de Québec, qui pousse à la droite du bob, a réussi son pari de se tailler un poste parmi l'équipe canadienne de bobsleigh.
William Auclair, qui pousse à droite du bob, a réussi son pari de se tailler un poste parmi l'équipe canadienne de bobsleigh. Photo: Courtoisie
Radio-Canada

L'été dernier, William Auclair a renoncé à un bon emploi pour se consacrer pleinement au bobsleigh et à son rêve de porter un jour les couleurs du Canada. L'athlète de Québec est aujourd'hui récompensé pour cette décision audacieuse : il vient d'obtenir sa place au sein de l'équipe canadienne.

Un texte de Jean-Philippe Martin

Ancien joueur de soccer et ancien membre de l’équipe d’athlétisme du Rouge et Or de l’Université Laval, William Auclair a reçu la semaine dernière la confirmation officielle de sa sélection par Bobsleigh Canada.

« J’étais content, mais j’étais tellement pris dans tout le processus de sélection que ça m’a pris un temps avant de réaliser que j’étais choisi. Avec du recul, tu te dis: “Ça fait quatre ans que je m’entraîne spécifiquement pour ça. Et là, j’y suis rendu”. »

L'athlète William Auclair.William Auclair (archives) Photo : Radio-Canada

Changement de carrière à 25 ans

Pour tout miser sur le sport, le jeune homme de 25 ans a démissionné en juin dernier de son poste de chargé de projets chez Agropur à Plessisville. Il occupait cet emploi depuis la fin de ses études en génie industriel en 2017.

« Sur le coup, je trouvais que c’était dur comme décision et ç’a été difficile de l’annoncer à ma directrice d’usine. Je faisais une pause dans ma carrière d’ingénieur. Si je reviens dans quatre ans, je vais voir mes amis qui seront rendus loin et moi qui devrai repartir à zéro. »

J’ai quitté mon emploi sans aucune garantie, mais c’était logique de faire ça, parce que je voyais que j’avais des chances d’être sélectionné par l’équipe nationale. Je voulais mettre toutes les chances de mon côté.

William Auclair, membre de l'équipe canadienne de bobsleigh

Heureusement pour lui, tout s’est déroulé comme il le souhaitait. William Auclair a réussi ses évaluations physiques ainsi que les essais de poussée, deux conditions que tout athlète doit remplir avant d’être invité pour les courses de sélection de Bobsleigh Canada.

Un rôle à définir

À l’aube de sa première saison parmi l’élite mondiale, le freineur ne sait pas trop ce qui l’attend encore.

Sa place au sein de l’équipe nationale pour les coupes du monde est assurée, mais il doit se soumettre présentement à une autre phase d’évaluation.

Avec les autres membres de l’équipe canadienne, Auclair participe ces jours-ci à une compétition continentale sur la piste de Whistler, dans les installations des Jeux olympiques de 2010.

Au terme de cette épreuve, les entraîneurs canadiens décideront si le Québécois prendra part aux coupes d’Europe cet automne ou s’il demeurera au pays pour prendre part aux compétitions du circuit nord-américain.

« J’espère aller en Europe. Je pense que mes chances sont bonnes, analyse Auclair. Il faudra voir ce que l’équipe décide. Nous connaîtrons le résultat ce samedi. »

Mondiaux et JO

Dans tous les cas, William Auclair est confiant que cette première saison le mènera jusqu’au Championnat du monde de bobsleigh qui aura lieu à Whistler en mars 2019.

Et comme les équipes canadiennes dominent généralement les épreuves sur ce parcours, il peut déjà se permettre de rêver grand.

On a de bonnes chances de bien finir dans cette compétition. Ce serait fou si à mon année recrue, je pouvais accéder peut-être à un podium au Championnat du monde.

William Auclair, membre équipe canadienne de bobsleigh

Quant aux prochains Jeux olympiques, ils seront présentés en 2022 en Chine. Ce qui laisse du temps à William Auclair pour faire ses classes.

« L’occasion est bonne pour moi d’apprendre, surtout si je vais en Europe cette saison et que je fais les coupes du monde, dit-il. Mais chaque année, je devrai me battre pour avoir ma place. Le recrutement est fort en bobsleigh pour les anciens gars de football ou d’athlétisme. Je vais y aller une année à la fois. »

Québec

Bobsleigh et skeleton