•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La construction du Monument aux victimes du communisme finalement lancée

Trois hommes en complet dans un parc d'Ottawa s'adresse à des gens à partir d'un lutrin.
La première pelletée de terre du Monument aux victimes du communisme a eu lieu jeudi avec plusieurs années de retard. Photo: Radio-Canada

Après plusieurs années de tergiversations, la première pelletée de terre pour la construction du Monument aux victimes du communisme a finalement eu lieu jeudi à Ottawa. Le projet devrait être achevé à l'automne 2019.

Le président du conseil d'administration de la fondation privée Hommage à la liberté, qui est derrière le projet, a souligné que cette première pelletée de terre coïncidait presque jour pour jour avec le 29e anniversaire de la chute du mur de Berlin, le 9 novembre 1989.

Nous faisons la promesse solennelle de préserver les histoires de tous ceux qui sont venus se réfugier au Canada et de ceux qui n'y sont jamais parvenus, a dit Ludwik Klimkowski, visiblement heureux de finalement voir ses efforts porter leurs fruits.

Au cours des prochains mois, on s’emploiera à peaufiner les plans et à obtenir les approbations et les permis requis aux fins de la restauration du site, on érigera la base du monument et on aménagera le terrain, a fait savoir Patrimoine canadien par voie de communiqué.

Le monument — baptisé Le Canada, une terre d’accueil — avait d’abord été annoncé par le gouvernement de Stephen Harper en 2013. Il aurait été construit tout juste à côté de la Cour suprême au coût de 5,5 millions de dollars, dont 3 millions provenant du fédéral et 2,5 millions amassés par Hommage à la liberté.

Les libéraux ont toutefois revu l’ampleur du projet à la baisse à la suite de leur élection en 2015. Mélanie Joly, alors ministre du Patrimoine, avait affirmé que la facture pour ne serait que de 3 millions de dollars, et que celle-ci serait divisée également entre Hommage à la liberté et le gouvernement fédéral. Mme Joly avait ajouté que le fédéral couvrirait « les coûts relatifs au processus de la conception ».

Deux piles de plaques et de tiges en forme d'arc sur une place publique.La maquette du monument à la mémoire des victimes du communisme. Photo : Radio-Canada / Gilles Taillon

Le gouvernement Trudeau a également affirmé qu’il y a eu de l’ingérence politique dans ce dossier par le passé. De plus, le gouvernement libéral a finalement décidé d'installer le Monument aux victimes du communisme dans la partie ouest du Jardin des provinces et des territoires, rue Wellington, plutôt qu’à côté de la Cour suprême.

Ottawa-Gatineau

Histoire