•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’accompagnement d’une Doula de plus en plus prisé par les femmes enceintes

Plusieurs femmes font appel aux services des accompagnantes à la naissance

De plus en plus de parents au Québec font appel aux accompagnantes à la naissance, aussi appelées « Doula », lors du grand jour de l'accouchement.

Un texte de Tanya Neveu

En Abitibi-Témiscamingue, le service est encore peu connu même si certaines femmes n'hésitent pas à y avoir recours.

Ces accompagnantes, que l'on surnomme les Doulas, apportent du soutien à la maman ou au couple durant la grossesse, la naissance et la période post-natale.

Annie Laître a eu recours à une Doula lorsqu'elle a donné naissance à Philippe, en juin dernier.

Annie Laître répond aux questions de la journaliste.Annie Laître Photo : Radio-Canada

Elle ressentait le besoin d'être entourée d'une personne neutre pour son premier accouchement.

Juste le fait de l'avoir là, ce n'est pas un membre de la famille, ni une amie, explique-t-elle.

Ça faisait du bien de parler à quelqu'un d'autre qui n'était pas émotionnellement attaché à moi. Ça m'a permis de créer un lien qui était différent de ce que j'ai avec ma mère ou ma sœur.

Annie Laître

L'accouchement d'Annie Laître a été un moment marquant pour elle mais aussi pour sa Doula, Francesca Guénard, qui vivait sa première expérience comme accompagnante à la naissance.

Francesca GuénardFrancesca Guénard Photo : Radio-Canada

On s'est permis de se mettre dans l'ambiance. On a sorti le ballon. On a mis un diffuseur d'huile essentielle. J'ai commencé à lui faire des points de pression, relaxation, lui dire que ça allait bien. Juste ces mots-là lui ont permis de se détendre, raconte Francesca Guénard, le sourire au visage.

Qui sont ces Doulas ?

Les accompagnantes à la naissance ne sont pas des médecins ni des sages-femmes.

Elles ont comme mission de s'assurer que l'accouchement se déroule bien, en offrant du soutien physique et émotionnel à la femme enceinte avant, pendant et après l'accouchement.

À partir de la 37e semaine de grossesse, elles se rendent disponibles sept jours sur sept, 24 heures sur 24.

Audrey Aubin MartinAudrey Aubin Martin Photo : Radio-Canada

On donne le maximum d'informations pour que les parents puissent faire des choix éclairés pour qu'ils puissent ensuite prendre des décisions. On parle aussi des droits des femmes qui accouchent.

Francesca Guénard

Audrey Aubin Martin a aussi vécu son premier accouchement accompagnée d'une Doula. Elle a pour sa part choisi d’être accompagnée par Alexianne Bourdages.

C'est sûr qu'il y avait une certaine connexion et une confiance parce que c'est un moment qui est significatif pour nous, soutient-elle.

Moi et mon conjoint, on n'était jamais passé par là, on ne savait pas c'est quoi un accouchement. D'avoir quelqu'un qui est là, qui est calme, qui est rassurante, nous, ça nous intéressait.

Audrey Aubin Martin

Depuis notre rencontre avec Audrey, elle a mis au monde son 2e enfant. Même en terrain connu, elle a décidé une fois de plus de faire appel à une Doula.

L'accompagnante à la naissance, Alexianne Bourdages, est travailleuse autonome depuis plusieurs années. Elle offre plusieurs services qui touchent la périnatalité.

Alexianne BourdagesAlexianne Bourdages Photo : Radio-Canada

On est dans une culture où souvent, l'accouchement fait peur de par toutes les histoires que les femmes et les mamans vont entendre, explique-t-elle.

Nous, notre rôle, c'est que la femme ait confiance en le processus de la naissance, qu'elle réalise qu'elle a tout en elle, [qu'elles se rappellent] que les femmes accouchent depuis que le monde est monde.

Alexianne Bourdages

Un service reconnu et accessible

Les services des accompagnantes à la naissance ne sont pas gratuits.

Alexianne et Francesca sont des travailleuses autonomes qui ont été formées pour devenir Doula. Elles aimeraient être reconnues, mais surtout, que les services soient plus accessibles.

Le petit PhilippeLe petit Philippe Photo : Radio-Canada

C'est un énorme privilège. Je pense qu'on en est reconnaissantes à tous les jours de pouvoir vivre ce moment-là avec les parents qui nous ont choisies. C'est un grand moment d'intimité pour le couple, pour la famille qu'on voit naître finalement, ajoute Alexianne.

Abitibi–Témiscamingue

Société