•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Emplois fédéraux : le maire de Matane interpelle des ministres

Le stationnement de l'édifice René-Tremblay rempli de véhicules stationnés.

400 personnes travaillent à l'édifice René-Tremblay à Matane

Photo : Radio-Canada / Joane Bérubé

Radio-Canada

Le maire de Matane, Jérôme Landry, sollicite une rencontre avec la ministre des Services publics et de l'Approvisionnement, Carla Qualtrough, et la ministre du Revenu, Diane Lebouthillier, pour s'assurer que la future salle de courrier numérique de l'Agence du revenu du Canada (ARC) soit implantée à Matane.

Un texte de Joane Bérubé

Le maire Landry souhaite qu'une délégation de la Matane puisse rencontrer les deux ministres pour faire le point sur ce dossier qu'il considère comme extrêmement important pour l'économie de sa ville et l'ensemble de la Matanie.

Le projet pourrait créer jusqu’à 200 emplois.

Le maire voit dans l'expertise en numérisation développée à Matane un vecteur de développement pour la région.

Jérôme Landry s’inquiète du fait que l’absence de ces travaux, attendus depuis une dizaine d’années à l'édifice René-Tremblay de Matane, puisse empêcher le centre de traitement numérique de Matane de décrocher le contrat de l'Agence du revenu.

L’ARC pourrait confier le contrat à des entreprises privées de Toronto, si Matane n'est pas en mesure de réaliser le contrat.

Le maire de Matane a déjà discuté du dossier des réparations de l’édifice avec l’ancienne titulaire du ministère responsable, Judy Foote.

Le maire de Matane, Jérôme LandryAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le maire de Matane, Jérôme Landry

Photo : Radio-Canada

Il a aussi rencontré à ce sujet l’actuelle ministre de Services publics et Approvisionnement du Canada, Carla Qualtrough.

On voulait, explique M. Landry, mettre en évidence l’efficacité de notre équipe, l’expertise, mais aussi l’économie parce qu’on sait actuellement, dans la fonction publique canadienne, que les centres situés en dehors de Hull et de Gatineau performent très bien, entre autres parce qu’il y a une plus grande stabilité de la main-d’œuvre et que les coûts de la main-d’œuvre sont moins élevés. Les résultats sont là aussi. 

Malgré ses représentations, l’annonce des travaux se fait toujours attendre.

Démarches du député Rémi Massé

Ancien directeur du bureau fédéral de Matane, le député d’Avignon–La Mitis–Matane-Matapédia, Rémi Massé, suit le dossier de très près, depuis plusieurs mois.

Il a lui aussi, dit-il, rencontré la ministre Carla Qualtrough. Il indique que d’autres rencontres avec la ministre sont prévues au cours des prochaines semaines. J’ai eu des discussions avec le Cabinet de la ministre pour m’assurer qu’on puisse avancer rondement pour permettre le développement de nouveaux emplois dans la région, assure le député.

La rénovation pourrait exiger une relocalisation temporaire des activités durant les travaux. Cette hypothèse est à l’étude, affirme M. Massé.

Un projet de construction neuve a déjà été soumis compte tenu des coûts d’un réaménagement ou d’un agrandissement.

Le député d'Avignon-La Mitis-Matane-Matapédia, Rémi MasséAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le député d'Avignon-La Mitis-Matane-Matapédia, Rémi Massé

Photo : Radio-Canada

Rémi Massé admet qu’il ne sait pas si cette option est toujours à l’étude. Interrogé à ce propos, le ministère a répondu que les études sur l’avenir des installations à Matane seraient déposées au printemps.

Il pourrait être toutefois trop tard pour que le centre de Matane puisse s’entendre avec l’Agence du revenu pour son projet de salle de courrier numérique.

Moins d'emplois?

Pour le moment, le projet de l'ARC est encore à l'analyse, selon Rémi Massé.

C’est aussi, poursuit le député, un projet qui exige des investissements importants pour l'équipement, les technologies et les infrastructures. Tout cela commande d'importants travaux de planification.

Différentes options sont envisagées. Le projet pourrait être réalisé par étape ou divisé selon les programmes ou la clientèle de l’Agence, ce qui permettrait de créer un certain nombre d'emplois à Matane.

C’est, dit-il, un projet qui est particulièrement immense, on parle de plusieurs millions de pages de documents qui doivent être numérisés, ça prend de l’espace, ça prend de l’équipement supplémentaire, c’est quelque chose, si cela allait de l’avant qui doit être planifié. Est-ce que le bureau de Matane devrait être le seul? Est-ce que c’est un projet qui devrait être partagé? C’est le genre de choses qui est examiné présentement entre l’équipe de Matane et l’Agence du revenu. 

Rémi Massé a aussi promis de travailler à implanter un bureau fédéral dans la Matapédia. Il s’agit toutefois de deux dossiers différents, soutient le député.

Gaspésie et Îles-de-la-Madeleine

Emploi